Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | Connexion

Tous unis pour relancer l’économie touristique !

Actualités 30/06/2020

La crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19 a plongé le secteur touristique dans une situation exceptionnelle. Et pour cause, l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) a une nouvelle fois revu à la baisse ses estimations pour 2020 : chute de 60 à 80% du nombre de touristes dans le monde ainsi qu’entre 800 et 100 milliards de recettes internationales en moins.

►►► A Découvrir aussi : Découvrez nos offres d’hébergements

Habitués à regrouper régulièrement et physiquement ses différents partenaires pour aborder et échanger autour de sujets d’actualité, les Hubs de La Provence ont organisé, le 23 juin, le troisième “Hubinaire” relatif cette fois au secteur du tourisme, avec comme invités d’honneur François de Canson, président du Comité Régional de Tourisme (CRT) Provence-Alpes-Côte d’Azur, Loïc Chovelon, directeur général du CRT Provence-Alpes-Côte d’Azur, et Isabelle Brémond, directrice générale de Provence Tourisme.

À l’instar d’autres destinations, le territoire régional n’a pas été épargné par cette pandémie. “Le tourisme a été touché dès le départ. Surtout, il a été frappé plus longtemps que les autres. Depuis le début de la crise sanitaire, la destination a déjà perdu 7 milliards de chiffre d’affaires”, révèle François de Canson. Des conséquences dramatiques également constatées du côté de Provence Tourisme, l’agence départementale de développement touristique. “Dans le département des Bouches-du-Rhône, 8 millions de touristes sont accueillis chaque année pour 42 millions de nuitées enregistrées. Sur la seule période de janvier à mai, ce sont 11 millions de nuitées en moins, soit 675 millions d’euros de pertes pour le territoire. Il nous fallait de réagir par conséquent”, confie Isabelle Brémond.

Une complémentarité dans les plans de relance

Pour éviter un désastre économique et limiter les impacts de cette crise sans précédent, les destinations ont mis les bouchées doubles pour relancer cette industrie, qui représente dans la région près de 13% du PIB et 20 milliards d’euros de recettes. “Au niveau de la Région, 90 millions d’euros ont été engagés par le président Muselier avec nombre de mesures engagées afin notamment d’aider les professionnels à surmonter la crise. Parmi elles, la création de Chéquiers Vacances d’une valeur de 500 euros à dépenser sur le territoire, mis à la disposition de foyers au quotient familial qui ne dépassent pas 1 000 euros ou encore la création de l’opération “Le FRAT-Terrasses”, outil permettant aux municipalités d’exonérer les droits de terrasses aux cafetiers, restaurateurs et les plagistes”, indique le président du CRT.

Ces différents dispositifs de relance sont également accompagnés d’une campagne de communication, encore jamais réalisée sur le plan national. “La stratégie a été d’attaquer en premier le marché national pour arriver à compenser la perte de la clientèle internationale par le marché français. Avec la campagne ‘On a tous besoin du Sud’, notre ambition était simple : avoir la campagne la plus visible des destinations françaises et être les premiers à dégainer“, déclare Loïc Chovelon. Néanmoins, pour également relancer l’arrière-saison, cette campagne de promotion, dont les spots publicitaires sont diffusés depuis début juin, devrait prochainement être interrompue avant de reprendre fin août afin de stimuler l’arrière-saison.

Un plan de relance régionale complété par les dispositifs mis en place par le Département et la Ville de Marseille. “Ce plan d’environ 10 millions d’euros porté par le département et Provence Tourisme, qui sera effectif à partir du 3 juillet jusqu’en février 2021, vient parfaitement se compléter à celui de la Région”, insiste la directrice de Provence Tourisme, qui avait durant l’intégralité de la période de confinement mis en place une hotline afin d’accompagner les professionnels en matière de soutien économique, demande d’informations sur des initiatives… Afin de développer la consommation d’activités touristique, ce plan de relance prévoit deux opérations phares. La première prend la forme d’un “Pass Séjour”. Son principe est simple : pour tout achat d’un séjour de trois nuits minimum, à partir du 1er juillet, dans tous les hébergements marchands du territoire, est offert au voyageur un carte cadeau de 50 euros réutilisable chez un prestataire touristique du territoire

Le deuxième est le lancement du “Pass Événement”, qui permettra de relancer la partie événementielle grâce à un bon d’achat de 50 euros à utiliser pour tous les événements culturels.

Des opérations qui commencent à porter leurs fruits puisque les touristes français sont bel et bien au rendez-vous. “Les premiers résultats tombent. Sur les sept derniers jours, c’est la Région Sud qui collecte le plus de réservations. Il est donc évident que les taux de remplissage seront aux rendez-vous au mois de juillet et août. Néanmoins, l’enjeu sera l’arrière-saison et c’est à ce moment-là qu’il faudra être très bon”, conclut François de Canson.

Paroles de partenaires

Maxime Tissot (Office Métropolitain de Tourisme et des Congrès de Marseille)

“L’idée de ce plan de relance de la Ville de Marseille avec l’Office Métropolitain de Tourisme et des Congrès de Marseille et la Métropole Aix-Marseille-Provence est de s’inscrire dans cette continuité régionale et départementale. Chacun à ses enjeux, et il fallait, pour booster Marseille, que l’on conçoive notre propre dispositif. Depuis le 3 juin et jusqu’au 16 août, une quarantaine de marques marseillaises, dont Maison Empereur, Sessún ou encore Honoré, sont présentes au BHV Marais, dans le cadre d’une opération de séduction auprès de la clientèle parisienne. Cette opération a eu l’effet de rassurer nos professionnels marseillais. La campagne de promotion “Marseille Évidemment” vient renforcer ce qui a pu être fait par le Département et la Région. Nous l’avons articulé en trois points. Le 11 mai, un film d’une trentaine de secondes a été lancé sur les réseaux sociaux pour mettre en lumière la cité phocéenne, pour regagner la confiance des Français en notre destination. La deuxième vague est une campagne de communication auprès des médias tandis que la dernière partie sera consacrée à la relance du tourisme d’affaires.”

Gilles Chauvet (MSC Croisières)

“Pour l’heure, nous pouvons repartir dès septembre. Néanmoins, nous sommes en ordre de marche s’il devait y avoir quelconque changement. Enfin, pour préparer la reprise, nous avons déjà mis au point notre programme Hiver 2020-2021, qui offrira plus de 90 itinéraires différents à travers les Caraïbes, la Méditerranée, le Golfe, l’Afrique du Sud, l’Amérique du Sud et l’Asie.”

Raphaël Sallerin (Groupe Odalys)

“Le groupe Odalys a été un des acteurs les plus agiles du marché depuis le début de cette crise sanitaire et n’a eu de cesse de proposer des offres commerciales, cinq au total. Et ce, afin de soutenir la relance du secteur, de réassurer nos clients et d’encourager les réservations. Dès le 10 avril, nous avons conçu l’offre Sérénité permettant de réserver ses vacances d’été sans stress et sans aucun paiement immédiat tout en bénéficiant d’une annulation gratuite, peu importe la raison. Puis, en mai, une offre pour encourager la reprise des réservations, en proposant jusqu’à 750 euros de réduction sur un séjour en juin ou juillet aux vacanciers détenteurs d’un avoir suite à une annulation de séjour liée à l’épidémie de Covid-19. En juin, trois offres commerciales successives ont été lancées. Une première permettant d’annuler sans frais même à quelques jours du départ avec un remboursement à 100% en cas d’impossibilité de se déplacer suite à une décision gouvernementale restrictive de déplacements. Une seconde permettant pour tout règlement par chèques vacances un système de bonification allant jusqu’à 30% du montant d’un séjour réservé. La dernière en date, lancée le 19 juin, permet aux vacanciers de partir cet été sans avancer le montant de leur séjour et de payer l’intégralité de leur séjour seulement à leur retour de vacances. “

Source: laprovence.com

Découverte des plus beaux parcs nationaux de France

Actualités 12/06/2020

Lorsqu’on pense aux parcs nationaux, on pense forcément aux parcs de Yellowstone et du Grand Canyon, aux Etats-Unis. Mais il n’y a pas besoin de partir aussi loin quand on est à la recherche de grands espaces. La France compte elle aussi des parcs nationaux : huit en métropole et trois en Outre-mer. On retrouve ainsi, par ordre de création, la Vanoise (1963), Port-Cros (1963), les Pyrénées (1967), les Cévennes (1970), les Ecrins (1973), le Mercantour (1979), la Guadeloupe (1989), La Réunion (2007), la Guyane (2007), les Calanques (2012) et le Parc national de forêts (2019). Ils représentent près de 9,5% du territoire français (60 728 km²).

“Les parcs nationaux de France sont des espaces naturels protégés, terrestres et maritimes, dont le statut reconnu de « territoires d’exception » rayonne à l’international. Ils participent à ce titre à l’image et à l’identité de la France. Leur mode original de gouvernance et de gestion leur permettent d’en préserver les richesses. Espaces de découverte de la nature et de ressourcement, ils attirent chaque année plus de 8 millions de visiteurs”, expliquent ainsi Les parcs nationaux de France sur leur site internet.

Créé le 6 juillet 1963, le parc national de la Vanoise est le plus ancien. Situé dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, il abrite notamment des bouquetins et des chamois, ainsi que près de 125 espèces d’oiseaux nicheurs, dont le gypaète barbu et l’aigle royal.

Dans les Caraïbes, le parc national de la Guadeloupe a été créé le 20 février 1989. La surface du cœur terrestre mesure 18 800 hectares, et la surface du cœur marin s’étend à 3 300 hectares. “Ces écosystèmes offrent une richesse biologique exceptionnelle. Les îlets et la barrière récifale abritent une faune corallienne d’un grand intérêt écologique. La forêt tropicale de la Basse-Terre est l’une des mieux conservées des Petites-Antilles”, indiquent Les parcs nationaux de France sur leur site.

Enfin, le parc national de forêts est le plus récent. Créé le 7 novembre 2019, il se situe sur les départements de la Côte-d’Or et de la Haute-Marne. On y trouve “de nombreux milieux naturels : marais tufeux, pelouses calcaires, prairies, riches en espèces parfois rares comme le Sabot de Vénus. Si les populations de cerf, chevreuil et sanglier sont très abondantes, on rencontre également des espèces remarquables comme le chat sauvage ou la cigogne noire”.

Source: www.geo.fr/voyage/

Tourisme, week-end, camping, gîtes ce qui change à partir du 11 mai

Actualités 12/05/2020

Le 11 mai, début du déconfinement, est attendu depuis plusieurs semaines. Même si chacun va pouvoir se déplacer à 100km autour de chez lui sans justificatif, il est difficile de penser à des vacances ou des week-end. Les hôtels et les restaurants vont rester fermés même après le 11 mai, ce qui complique les réservations des séjours touristiques. Les plages et la frontière espagnole restent pour le moment fermées ce qui la encore complique la venue de touristes de la région.
Les zones touristiques deviennent moins attractives avec la fermeture de ces établissements et de certains espaces. Pour contrer les baisses de fréquentation, les professionnels du tourisme proposeront dans les prochaines semaines des activités touristiques pour des groupes de moins de 10 personnes.

Les professionnels du tourisme évoque la reprise

Les campings eux aussi vont rester fermés après le 11 mai avec la difficulté d’assurer de bonnes mesures de sécurité. Au vu des nombreuses animations présentes, de la proximité entre chaque utilisateur, les campings ne vont pas pouvoir accueillir de touristes avant quelques semaines. Les professionnels  du camping veulent rester optimistes et espèrent un retour à la normal rapidement.

François Champetier de Ribes gérant de camping, et président du syndicat de l’hôtellerie évoque la situation des campings

Malgré tout il sera difficile de proposer un service comme les étés précédents comme le précise François Champetier de Ribes gérant de camping, et président du syndicat de l’hôtellerie de plein air pour les Landes. Les campings mettent en place des bons d’avoir pour limiter les annulations. Si vous avez réservé une semaine en camping, vous pouvez demander de la déplacer à une autre période. Cela permettra aux professionnels d’assurer des revenus. Les avoirs sont valables pendant 18 mois. En cas d’impossibilité d’utiliser votre avoir dans cette période, vous serez intégralement remboursés à la fin de la période de validité de 18 mois.

Les gîtes vont pouvoir rouvrirent leurs portes, mais les propriétaires vont devoir garantir le respect des gestes barrières. Les propriétaires devront faire le ménage pour le client et dans le logement un gel hydroalcoolique devra obligatoirement être présent. 

En revanche chaque propriétaire de gîtes ne pourra accepter une réservation venant d’un autre département. De plus, les heures d’arrivée et les heures de départ pourront être aménagées pour laisser du temps pour appliquer une hygiène correct dans les logements.  

Source: francebleu.fr/vie-quotidienne/voyages-vacances/

Déconfinement et congés été 2020 : Ce que vous pourrez faire cet été et ce qui sera interdit

Actualités, Découverte de la France 09/05/2020

La période cristallise autant d’attentes que d’incertitudes. Pourra-t-on partir en vacances cet été ? Et si oui, quel visage auront ces congés, au temps du coronavirus ? Pour le savoir avec certitude, il faudra patienter jusqu’au mois de juin. Mais en attendant, on fait le point sur ce qu’il devrait possible ou impossible de faire cet été, et ce qui est encore incertain.

Le sujet est dans beaucoup de têtes. Sera-t-il possible de partir en vacances cet été ? Et si oui, à quoi ressembleront les congés estivaux, alors que la France s’apprête à se déconfiner et que l’épidémie de coronavirus est toujours présente ?

Ces questions prennent d’autant plus de résonance qu’après de longues semaines de confinement, l’envie de bouger est là. Celle d’ailleurs aussi. Mais l’été est encore entouré de beaucoup d’incertitudes. Emmanuel Macron, le président de la République, l’a confirmé mardi 5 mai. « Il est trop tôt pour vous le dire si l’on pourra avoir des vacances », a dit le chef de l’État depuis une école de Poissy (Yvelines). Pour en savoir plus sur le visage des congés estivaux, il faudra attendre « début juin », a-t-il précisé.

En attendant, voici donc ce que l’on peut imaginer pour les vacances d’été, avec ce que l’on sait jusqu’à présent.

Ce que l’on devrait pouvoir faire

À partir du 11 mai, date annoncée de la levée des mesures de confinement, les déplacements à moins de 100 kilomètres de son domicile seront autorisés. Le Premier ministre, Édouard Philippe, l’a annoncé le 28 avril, en présentant le plan de l’exécutif pour le déconfinement. Il sera également possible de voir des amis, ou de la famille : les rassemblements comprenant jusqu’à dix personnes sont à nouveau permis dès le 11 mai. Reste à voir comment évolueront ces mesures après le déconfinement, et d’ici aux vacances d’été.

Il est acquis que si vacances il y a, elles seront très localisées. « Le tourisme ne pourra reprendre que de façon concentrique, dans un premier temps, avec une clientèle d’ultra-proximité », a dit Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’État chargé du Tourisme, à la fin du mois d’avril.

Mais… Ces scénarios se joueraient dans l’optique où les mesures de confinement sont bien levées le lundi 11 mai. Le problème, c’est qu’avec la pandémie de Covid-19, la situation sanitaire évolue très vite, rien n’est gravé dans le marbre. « Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai », avait ainsi prévenu Édouard Philippe.

Et voilà trois jours, le 3 mai, Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, parlait de ce même horizon du 11 mai comme d’un « objectif à conquérir » . Une manière de souligner que rien n’est acquis.

Ce qui reste en suspens

Toujours en imaginant un scénario dans lequel la France se déconfine bien le 11 mai et la situation sanitaire ne se dégrade pas dans la foulée, une autre grande inconnue occupe beaucoup d’esprits : la question de l’accès aux plages et au littoral.

Édouard Philippe a été clair, impossible de s’y rendre avant le 1er juin. Au moins. Depuis, de très nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer cette décision. Et le Sénat a longuement débattu de la possibilité de rouvrir l’accès aux plages, mardi lors de l’examen du projet de loi prolongeant l’état d’urgence sanitaire.

Autre question, celle des départs en Europe. Cet été, « on restera entre Européens, peut-être en fonction de l’évolution de l’épidémie, il faudra même réduire un peu plus, mais c’est trop tôt pour le dire », a encore déclaré Emmanuel Macron mardi. Comprendre qu’il sera, peut-être, possible de partir dans d’autres pays de l’espace Schengen. Peut-être.

Mais cette perspective dépendra, aussi, des mesures prises par d’autres pays européens, et de leur décision de rouvrir leurs frontières ou pas. Exemple en Espagne, l’une des principales destinations touristiques au monde : « La question des frontières sera réglée en fonction de l’évolution de la crise sanitaire. Je n’ai donc pas de date », a dit Reyes Maroto, la ministre du Tourisme, le 12 avril.

Il y a aussi la question des cafés et des restaurants. Concernant la réouverture de ces établissements, une décision sera annoncée à la fin du mois de mai, avait dit Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, à la fin avril.

Ce que l’on ne pourra pas faire

Un élément se comprend en creux, à la lecture des différentes déclarations de l’exécutif et des membres du gouvernement sur le sujet des vacances : il ne devrait pas être possible de partir en vacances en dehors d’Europe cet été (s’il est déjà possible de partir dans d’autres pays de l’espace Schengen).

« On va limiter les grands déplacements internationaux, même pendant les vacances d’été », a expliqué Emmanuel Macron mardi. Et les déclarations de Jean-Baptiste Lemoyne sur le tourisme « d’ultra-proximité » se conjuguent mal avec la perspective de départs à l’étranger. « Il est sûr que le déplacement à plusieurs milliers de kilomètres, il est exclu », a-t-il d’ailleurs dit, mercredi au micro de France Info.

Autre certitude : cet été, il ne sera pas possible d’assister à un festival. Conséquence de l’impossibilité d’organiser « tous les événements qui regroupent plus de 5 000 participants » avant le mois de septembre, comme l’a dit Édouard Philippe en présentant le plan de déconfinement.

Source: ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/confinement/

Tourisme en France : les députés PS proposent la création d’un “Airbnb” à la française

Actualités 07/05/2020

Alors que les secteurs du tourisme est particulièrement impacté par la crise du coronavirus , les députés PS ont présenté jeudi 7 mai 34 propositions l’aider à “rebondir vite et loin”. “Le secteur du tourisme, c’est 8% du PIB, deux millions d’emplois directs et indirects” , un secteur “rudement frappé par les conséquences économiques du coronavirus” puisqu’il a été “le premier à être confiné et qu’il sera manifestement l’un des derniers à être déconfiné”, a rappelé le porte-parole Boris Vallaud, lors d’une visioconférence de presse.

“Il n’y aura pas de rebond forcément pour ce secteur puisque le chiffre d’affaires perdu ne va pas être compensé par un doublement de la fréquentation des hôtels, des restaurants, etc”, a-t-il ajouté.

L’élu des Landes a dit craindre que beaucoup “ne rouvrent pas leurs portes, et après le chômage partiel sombrent dans le vrai chômage et dans la faillite”, soulignant notamment qu’un “certain nombre de professionnels du secteur disent qu’entre 25 et 40% de restaurants ne rouvriront pas”.

“Boîte à outils”

Articulé en trois volets – “l’urgence”, “la relance”, “anticiper le tourisme d’après”, leur plan se veut une “boîte à outils”, selon Hervé Saulignac (Ardèche).

Les élus PS proposent notamment “une annulation de l’impôt sur les sociétés, de la taxe sur les salaires et des cotisations sociales (hors cotisations salariales) sur la période allant du 15 mars au 31 décembre 2020” pour les cafés, restaurants ou hébergements touristiques, estimant que “les reports annoncés par le gouvernement” sont insuffisants. 

Ils suggèrent aussi dans les mesures d’urgence une “annulation des taxes, redevances et impôts locaux” pour 2020 , de “prolonger les mesures en faveur de l’activité partielle des salariés jusqu’au 15 mars 2021”, ou encore d’élargir l’accès au fonds de solidarité.

Pour accompagner la relance, ils plaident notamment pour un accès aux chèques-vacances pour les indépendants, artisans et retraités, via leurs caisses de retraite, ou pour une opération “viens chez nous on lève la barrière”, permettant aux professionnels du tourisme volontaires de rembourser des frais de péage.

Au titre du “tourisme d’après”, ils suggèrent notamment de “favoriser la création d’un ‘Airbnb France'”. “On peut reprendre la main et ne pas être placé dans la dépendance de gens qui se soucient peu de loyauté, peu de droits sociaux”, a fait valoir Boris Vallaud.

Source: Boursorama

Vacances 2020 à l’hôtel après le confinement ?

Actualités 01/05/2020

Séjour à l’hôtel : garantir la sécurité des clients est une priorité !

Les départs en vacances ne deviennent plus qu’un immense point d’interrogation pour les citoyens et les professionnels de l’hôtellerie. De nombreux citoyens réfléchissent à ce qu’ils pourront faire cet été, et ce qu’ils ne pourront pas faire. Même si aucune réponse n’a été donnée par Edouard Philippe, ce 28 avril, face à l’assemblée, ce dernier a exprimé son souhait de voir le mois de juillet comme une période estivale. Sans date de réouverture, les hôtels tentent déjà de s’organiser pour assurer la sécurité de leurs clients, et de leurs collaborateurs.

Entre deux réservations, beaucoup d’hôtels pourraient laisser un lapse de temps afin de permettre « la désinfection de toutes les surfaces, télécommande et poignées de portes, se ferait après le départ du client » explique Laurent Duc, président des métiers et des industries de l’hôtellerie à BFMTV.

Gel hydroalcoolique, oreillers jetables, room service … Les hôtels en plein réflexion !

On le sait, le covid-19 peut survivre plusieurs heures, voire plusieurs jours sur différentes surfaces. Et si le tissu permettrait au covid-19 de survivre quelques heures, il est important pour les hôtels de trouver une solution afin de protéger les clients. Lors de son interview sur BFMTV, Laurent Duc n’exclut pas l’apparition « d’oreillers jetables » pour les clients qui le souhaitent. De même, le room service pourrait être de rigueur afin de ne pas rassembler plusieurs personnes dans une même pièce. Des plateaux « filmés » et un retour « à des emballages individuels » , précise Laurent Duc. Le gel hydroalcoolique pourrait également faire son apparition dans les salles de bain des chambres d’hôtels.

Source: letribunaldunet.fr

VACANCES D’ÉTÉ 2020 : DU MOIS DE JUILLET AU MOIS DE SEPTEMBRE ?

Actualités 28/04/2020

Des députés réclament des clarifications au gouvernement. Notamment, la date d’ouverture des plages et campings et les mesures prévues sur la taxation des hôtels et restaurants. Autre proposition : défiscaliser les réservations dans l’hexagone, pour inciter à partir en France. Car le secteur souffre déjà.

De son côté, le gouvernement a déjà promis d’élargir le fond de solidarité pour les professionnels du tourisme. Un plan de relance devrait être annoncé le 14 mai prochain, et les dates de réouverture des activités fin mai. En 2020, le secteur devrait afficher un manque a gagner de 10 milliards d’euros.

Source: cnews.fr

Vacances d’été – Réserver sans engager de frais

Actualités 24/04/2020

La situation du groupe Odalys pendant le confinement

L’ensemble des 250 résidences touristiques d’Odalys, situées principalement sur les littoraux français (Atlantique et Méditerranée) et en montagne (Alpes et Pyrénées), est fermé depuis la mi-mars jusqu’au 19 mai au moins. Les clients ayant réservé un séjour d’ici à cette date peuvent l’annuler sans frais et obtenir un avoir valable 18 mois à compter de sa date d’émission. «Nous nous sommes conformés à l’ordonnance du 25 mars relative aux annulations de séjours, précise Laurent Dusollier, directeur général du groupe OdalysNous aurions aimé être plus généreux dans les modalités de remboursement, mais cela aurait été intenable financièrement.»

Vacances d’été 2020, les perspectives

«Il y aura bien une saison estivale, même si elle est réduite ou décalée, assure Laurent Dusollier. Pour permettre à nos clients de préparer leurs prochaines vacances en toute sérénité, nous leur offrons la possibilité de réserver sans engager de frais». Pour cela, Odalys a mis en place le 11 avril l’«offre Sérénité», qui permet de réserver un séjour jusqu’au 31 octobre sans verser d’acompte. Les réservations peuvent être annulées gratuitement quelle qu’en soit la raison jusqu’au 13 juin. «Une date susceptible d’être repoussée en fonction des modalités du déconfinement», assure le dirigeant du groupe.

Rassurer d’un point de vue commercial ne suffit pas : il faut également offrir des garanties sanitaires. Comme de nombreux lieux recevant du public, les établissements du groupe devront renforcer leurs mesures sanitaires au quotidien : mise à disposition de gel hydroalcoolique, réduction des capacités d’accueil dans les espaces communs, ou installation de vitres en plexiglas aux comptoirs de réception. «Ces mesures rendront nécessaire l’embauche de personnels sur la partie ménage», ajoute Laurent Dusollier. Et d’estimer que ses établissements ne sont pas confrontés aux mêmes contraintes que les hôtels : «Nos établissements ne disposent pas de restaurant. Nous louons essentiellement des appartements, chalets et mobile-homes tout équipés. Les résidents peuvent donc prendre tous leurs repas dans leur logement et ainsi limiter les contacts avec d’autres personnes.»

L’état d’esprit des Français pendant ces vacances

«Le confinement peut être vécu difficilement par certains Français, notamment ceux qui vivent dans de petites surfaces ou avec des enfants. Après deux mois d’isolement, il y aura forcément une envie de prendre le grand air et de retrouver sa famille», anticipe Laurent Dusollier. Ce dernier s’attend à retrouver son cœur de cible sur cette marque, à savoir des touristes nationaux et des habitants de pays frontaliers. «Le manque de capacités touristiques au Benelux pousse généralement leurs habitants à séjourner en France. Cette année, leur venue est néanmoins conditionnée à l’ouverture des frontières.» Odalys fait aussi le pari d’attirer une nouvelle clientèle, celles des vacanciers habitués à prendre l’avion pour se rendre, par exemple, en Espagne, en Italie ou au Maghreb. «Ces derniers qui voyagent tous les ans souhaiteront partir absolument et se rabattront sur la France», estime Laurent Dusollier.

Source: lefigaro.fr/voyages/

été 2020 à quoi vont-elles ressembler?

Actualités 22/04/2020

VACANCES – Pandémie de coronavirus oblige, les vacances d’été 2020 ne ressembleront à aucunes autres.

Dimanche 19 avril, Édouard Philippe a préparé les Français en disant craindre que des voyages à l’étranger ne soient pas possibles dans l’immédiat. “Est-ce que l’on peut réserver une maison, une location, une place de camping ou un hôtel au mois de juillet ou au mois d’août en France ou à l’étranger? Je crains qu’il ne soit pas raisonnable d’imaginer voyager loin à l’étranger très vite”, a prévenu le Premier ministre.

Il a souligné qu’il n’était “pas sûr que le transport aérien pourra reprendre dans de bonnes conditions rapidement”. Édouard Philippe a aussi émis des doutes sur “les conditions d’entrée ou de ré-entrée sur le territoire national” qui seront certainement “assez exigeantes vis-à-vis de ceux qui arrivent de l’étranger”, dans le contexte d’une pandémie.

Résultat, les professionnels du tourisme s’attendent à ce que les Français privilégient leur pays cet été. Selon un sondage pour franceinfo, 90% des familles interrogées disent vouloir prendre leurs vacances en France, et 40% dans leur région.

“L’heure est au tourisme de proximité et au tourisme responsable”, écrivent encore une soixantaine de parlementaires de divers bords dans une tribune publiée par Le Figaro. Ils appellent après le déconfinement à soutenir le secteur touristique français, qui représente “7,2% du PIB et environ 2 millions d’emplois directs et indirects”.

Mais que sera-t-il possible de réserver réellement cet été et où et comment pourra-t-on se déplacer? Le HuffPost répond à ces questions en s’attardant sur chaque secteur touristique.

Campings

Très prisés des Français l’été, les 7900 campings du territoire -qui représentent à eux seuls 48% des capacités d’accueil en hébergement collectif du pays-,  pourraient devenir la destination numéro 1 de l’été.

“La France, c’est le pays du camping: nous avons un tiers des capacités du continent européen à nous seuls. Et dans le passé, que ce soit pendant les gilets jaunes ou les attentats, le camping a toujours montré sa grande résilience”, explique à l’AFP Nicolas Dayot, président de la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air (FNHPA).

“Dans cette période compliquée et anxiogène où l’épargne des Français a explosé et le chômage partiel a réduit les salaires, ils ne vont pas vouloir trop dépenser: or nous proposons l’hébergement le plus économique du pays”, estime-t-il.

Pour l’heure “les réservations sont à l’arrêt”, nuance Jérôme Mercier, PDG de la plateforme Campings.com. “Mais il n’y a pas encore trop d’annulations: les Français ont bien compris qu’ils allaient devoir partir en vacances en France, ils attendent d’avoir davantage de visibilité pour se projeter.”

“Tout sera aussi lié à l’ouverture des frontières, car notre clientèle est composée au moins à 40% d’étrangers: Britanniques, Néerlandais, Allemands…”, explique encore Gé Kusters, vice-président du Syndicat départemental de l’hôtellerie de plein air, sur Sudouest.fr.

Christian Mourisard, président de la Fédération nationale des organismes institutionnels du tourisme, se montre lui pessimiste avec l’absence potentielle de la clientèle étrangère, sur Europe 1: “Elle occupe des hébergements haut de gamme en général, donc il est illusoire de penser que la clientèle française va compenser ce manque”.

Mardi 21 avril, les professionnels du secteur ont soumis leurs idées lors d’un comité de filière hebdomadaire. Parmi elles, un “Plan camping” prévoyant une réouverture progressive, avec “peu de services, des hébergements en quantité moindre” dans un premier temps, aboutissant à un “fonctionnement normal, avec des consignes sanitaires”, énumère Nicolas Dayot. Ainsi “les familles entreront à tour de rôle à la réception, protégée par un plexiglas, en respectant un marquage au sol, il n’y aura qu’un salarié à la fois”, détaille-t-il.

Les professionnels réfléchissent aussi à réorganiser les flux de clients et les animations, fixer un nombre d’enfants maximum dans les aires de jeu, appliquer des protocoles stricts de désinfection des mobile-homes et des blocs sanitaires, espacer l’usage des lavabos, multiplier les distributeurs de gel hydroalcoolique…

À Saint-Raphaël dans le Var, un camping prévoit d’espacer au maximum les tables pour se restaurer, comme on peut le voir dans le reportage de franceinfo ci-dessous.

Hôtels

Au 8 avril, plus de 90% des 18.600 hôtels du pays étaient fermés. On ne sait toujours pas quand ces établissements pourront redémarrer.

Le secteur doit faire des propositions concrètes lors d’un comité interministériel sur le tourisme prévu courant mai, pour rouvrir en toute sécurité: les professionnels réfléchissent dans l’urgence à renforcer l’hygiène et à se réorganiser.

“Il s’agit de faire repartir la machine et préparer la saison touristique: le secteur réalise un tiers de son chiffre d’affaires en juillet et août”, explique à l’AFP Franck Gervais directeur général Europe d’Accor, qui compte 1600 hôtels en France (Ibis, Sofitel, Novotel, Mercure…)

Pour “rouvrir massivement notre parc hôtelier en juin, il faut absolument rassurer nos clients, nos employés et le gouvernement, donc pour cela exploiter différemment nos hôtels et nos restaurants”, concède-t-il.

Locations saisonnières

Le flou domine sur ce secteur d’hébergement en vue de cet été. Mais ce qui reste concret pour le moment, c’est l’action de plusieurs préfets ayant interdit les locations touristiques saisonnières dans leur département -notamment sur le littoral- pendant la période du confinement.

Le préfet de l’Hérault a ainsi pris un arrêté interdisant, jusqu’au 11 mai 2020, “les possibilités d’hébergement touristique, à savoir les locations, les chambres d’hôtels ainsi que les meublés de tourisme ou de tout autre logement destiné à la location saisonnière, situés sur le territoire du département”, rapporte France Bleu.

Le week-end des 18 et 19 avril, un couple de Parisiens a été verbalisé et renvoyé de Bretagne où il était venu passer le confinement malgré les interdictions de déplacements et de locations saisonnières.

Croisières 

Les compagnies de croisières ont pour l’instant suspendu leur activité jusqu’à la fin du mois de mai. Mais face aux nombreux cas de coronavirus enregistrés au sein de plusieurs paquebots à travers le monde ces dernières semaines, le foyer explosif que constitue un navire, ou les témoignages anxiogènes de passagers confinés dans leur cabine, ce secteur du tourisme pourrait mettre du temps à se relever.

Certains croisiéristes l’ont bien compris et proposent déjà des offres à prix réduits, comme le rapporte Economiematin.fr. Ces départs ne sont toutefois pas prévus avant l’automne.

 Piscines

L’ouverture des piscines est aussi un sujet d’inquiétude: si celles de plein air pourraient être exploitées avec une clientèle moindre, les bassins couverts semblent plus risqués pour la propagation du virus.

“Comment gérer 400 gamins si la piscine n’ouvre pas? On va leur dire, en plus, qu’ils n’ont pas le droit de jouer à cache-cache? Ça va être compliqué”, prédit Roger Mounard, propriétaire du camping Sunélia Les Trois Vallées à Argelès-Gazost, qui compte 500 places et emploie 90 salariés en saison. 

“Mieux vaut ne pas ouvrir s’il y a trop de frais, chacun doit faire son calcul”, dit-il, appelant à “un report des crédits”.

Plages

Selon France Télévisions, le gouvernement devrait se prononcer pour le maintien de la limitation des déplacements interrégionaux pour le début du confinement, censé démarrer progressivement à partir du 11 mai. “On ne veut pas 300.000 personnes sur les plages”, explique une source gouvernementale. Cette restriction pourrait durer jusqu’à mi-juin.

Pour l’été, les différents acteurs concernés réfléchissent à plusieurs pistes. “Nous regardons ce qui se fait ailleurs, explique le secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne. L’Australie, par exemple, a décidé que pouvaient être pratiquées des activités sportives en mer, mais qu’il n’était pas possible de ‘stationner’ sur la plage. Il y a besoin de continuer à investiguer sur ce que peuvent être les prérequis sanitaires. Le travail est en cours”.

“On peut imaginer une baignade par semaine, par personne, à tour de rôle, ou limitée à 30 minutes; pas d’installation avec des parasols, des jeux; des sessions surf, encadrées et surveillées par les écoles et les clubs”, propose de son côté l’élu biarrot Guillaume Barucq.

En Italie, une entreprise a imaginé des parois vitrées formant des box pour séparer les touristes sur les plages.

Restaurants et bars

Selon plusieurs médias citant des sources gouvernementales ce mercredi 22 avril, la réouverture des bars et des restaurants seraient envisagée de manière progressive, par le gouvernement, à partir du 15 juin. 

Contacté par Le HuffPost, le cabinet de Bruno Le Maire n’a pas souhaité confirmer l’hypothèse de cette date, sans la démentir non plus. “Je ne peux pas vous confirmer cette date”, a dit aussi la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye. Une réunion doit se tenir vendredi 24 avril à l’Élysée sur le sujet avec Gérald Darmanin et Bruno Le Maire, ainsi que les représentants du secteur.

Pour les cafés, bars et restaurants, l’enjeu est de sauver la saison estivale, alors que nombreux sont ceux qui alertent sur une crise à l’issue terrible. Les professionnels estiment qu’une reprise avant le 1er juillet serait impérative pour leur survie. 

Avion

Alors que 90% de sa flotte est actuellement clouée au sol, Air France annonce pouvoir assurer 30% de ses vols à partir de juillet, contre moins de 5% actuellement, rapporte BFMTV. Un scénario qui prend en compte la réouverture de certaines frontières.

Pour les vols intérieurs, les liaisons Paris-Marseille, Paris-Toulouse et Paris-Nice seront celles privilégiées pour la reprise.

Train

Avec l’épidémie, le trafic du rail a chuté jusqu’à atteindre une offre minimale de 7% des TGV et 15% des TER en circulation. Malgré tout, le patron de la SNCF Jean-Pierre Farandou se montre optimiste pour les semaines à venir.

Il prévoit une remise en circulation progressive avec un train sur deux, puis un objectif de reprendre une activité normale à l’été. Il plaide aussi pour le port du masque obligatoire pour les passagers.

Réservations déjà effectuées et demandes d’annulation

Si vous avez déjà réservé une prestation pour cet été et que vous souhaitez annuler, pas de panique: celle-ci pourra être reportée à une date ultérieure sans frais supplémentaires ou être remboursée, mais pas avant un an et demi.

Les voyages organisés, les séjours tout compris et les prestations indépendantes comme un hébergement ou une location de voiture qui auront été annulés jusqu’au 15 septembre, pourront être reportés pendant 18 mois au moyen d’un “avoir”, qui a été créé par ordonnance.

Le professionnel pourra proposer une prestation équivalente ou d’un montant supérieur soit encore plusieurs séjours d’un montant inférieur. Au terme des 18 mois, si le client n’a pas utilisé son avoir, il pourra obtenir un remboursement. Cet avoir ne s’applique toutefois pas aux services de transport sec.

Pour ceux qui souhaitent réserver maintenant pour cet été, les assurances voyage pourront refuser après coup de vous indemniser, estimant que la situation sanitaire était connue au moment de la réservation. Le plus prudent reste pour le moment de réserver en dernière minute, en fonction de l’évolution de la situation.

L’étranger

En temps normal, près de 9 millions de Français passent leurs vacances d’été à l’étranger.

Comme le martèlent les membres du gouvernement, il faudra sans doute faire une croix sur cette option. Ainsi, pour la ministre des Transports Élisabeth Borne, il ne serait “pas raisonnable de partir en Asie ou aux États-Unis” cet été. “Moi, je conseillerais à ma famille de ne pas se précipiter sur des réservations surtout dans des pays étrangers”, a lui prévenu le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. “Je ne peux pas vous dire ce qu’il en sera d’un voyage aux États-Unis, d’un voyage dans un pays africain ou asiatique”, a renchéri la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.

D’autant plus que les déplacements aux frontières de l’espace Schengen pourraient être limités jusqu’au mois de septembre. Selon BFMTV, cela a été une hypothèse abordée par Emmanuel Macron lors d’une visioconférence avec les partenaires sociaux le 10 avril.

Actuellement, les frontières sont fermées dans une majorité des pays du monde pour limiter la propagation du coronavirus.

Source: huffingtonpost.fr

Pourra-t-on partir en vacances cet été ?

Actualités 16/04/2020

En temps normal, les réservations pour les vacances d’été sont bouclées depuis longtemps. Mais crise du coronavirus oblige, il va falloir tirer un trait sur les destinations lointaines. Malgré l’allègement des mesures de confinement à partir du 11 mai, il est “trop tôt pour planifier ses voyages” indique mercredi le syndicat des entreprises du tour operating (SETO).

“On ne sait pas quand les voyages pourront reprendre”

On est dans une période d’incertitude totale” explique le syndicat, “C’est-à-dire que l’on ne sait pas quand les voyages pourront reprendre, peut-être l’Europe cet été, et encore, pas forcément tous les pays” déplore Jean-François Rial, vice-président du SETO et PDG de Voyageurs du monde, interrogé mercredi sur franceinfo

Les frontières de l’espace Schengen sont fermées depuis le 17 mars, et certaines pourraient rester closes cet été : c’est le cas de l’Espagne. Le weekend de Pâques, des dizaines de Français ont traversé la frontière de nuit pour rejoindre leurs résidences secondaires sur la Costa Brava. Plusieurs ont été verbalisés jusqu’à 600 euros. 

Selon la Une du quotidien ABC, publiée jeudi 9 avril, le gouvernement espagnol se prépare à fermer les frontières au tourisme cet été rapporte Sud Ouest. Dans son allocution du 13 avril, Emmanuel Macron précise aussi que les frontières des pays non-européens seraient fermées jusqu’à nouvel ordre.

Incertitudes sur les avions et les trains

En outre, de nombreux pays et continents ont fermé leur frontières aux français comme la Chine, les Etats-Unis, l’Algérie, le Maroc, l’Australie, le Canada, la Thaïlande. Quand bien même ils décidaient de lever ces interdictions, il n’est pas certain que l’on puisse redécoller de sitôt. Depuis le 1er avril, l’aéroport Paris-Orly est entièrement fermé : Air France effectue l’intégralité de ses vols au départ ou à destination de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle. 

Sur son site internet, la compagnie précise que la crise a supprimé jusqu’à 90% des vols : “Cette réduction de notre offre est actuellement programmée jusqu’à fin mai”. La compagnie britannique Easyjet immobilise sa flotte depuis le 30 mars jusqu’à nouvel ordre. Selon Didier Arino, responsable du cabinet Protourisme, interrogé par Cnews : 

Il y aura très peu de transports aériens cet été. Les compagnies prévoient 50 % de leur capacité par rapport à avant, et ce dans cinq mois. 

En ce qui concerne les trains, le patron de la SNCF Jean-Pierre Farandou interrogé ce mercredi 15 avril par le Sénat, a expliqué qu’il espérait “arriver à 100 % des TGV au début de l’été“, mais la question du port des masques doit être réglée d’ici là.

Pourquoi ne pas redécouvrir la France ?

Dans ce contexte il sera préférable de choisir une destination en France. Les acteurs du tourisme français lance ainsi sur les réseaux sociaux, l’opération “Cet été, je visite la France.” : Grace au mot-clef #CetÉtéJeVisiteLaFrance sur Twitter,  il est possible de trouver de nombreuses idée de destinations dans l’hexagone. 

Sachez enfin que le site Génération Voyage recense les statistiques sur l’évolution de l’épidémie pays par pays selon les informations fournies par les gouvernements.

Source: francebleu.fr/infos/culture-loisirs/

Visite village Cat Cat à Sapa Lao Cai

Actualités 29/08/2018

 

Venir à voyage au Vietnam pour découvrir un village séculaire de l’ethnie H’Mong qui conserve des coutumes et pratiques uniques qui n’existent pas encore ou pas intacts dans d’autres villages.Le village Cat Cat Sapa est situé dans le district Sa Pa, province Lao Cai, à 2 km au nord-ouest du bourg Sa Pa.

Le village Cat Cat  est établi au milieu du XIXe siècle, les foyers du village s’appuient à la montagne et se rassemblent autour d’eux-mêmes. les maisons sont espacées de quelques dizaines de mètres. Les villageois cultivent du riz sur les rizières en terrasses; du maïs sur les flancs de montagne, selon le faire-valoir manuel; à bas rendement. La plupart des maisons sont simples, comprenant seulement une table, un lit et une cuisine.

L’architecture de la maison des H’Mong du village Cat Cat conserve en elle-même de nombreuses traits antiques: maison de trois pièces à toiture en bois de siam. Les colonnes de la maison sont tous disposées sur des blocs de pierre rondes ou carrée. Les murs sont recouverts de bois, avec 3 portes: la principale à la pièce centrale et; deux latérales aux deux extrémités. La porte principale est toujours fermée et ne s’ouvre que lors des grands événements comme mariage, funérailles, fête traditionnelle. La maison des H’Mong à Cat Cat est divisée en espaces distinctes : de culte, de réserve de la nourriture, de couchage, de cuisine et de réception.

Trekking village Cat Cat à Sapa

Découverte village de Cat Cat Sapa

Grâce à des métiers à tisser; les H’Mong ont créé des produits de brocart colorées avec des motifs imitant arbres, feuilles, fleurs, animaux… Liée étroitement avec l’étape de tissage d’étoffe du coton et; de lin est celui de teinture et de broderie. Les techniques de teinture les plus populaires sont teinture de cajeput; teinture de cendre végétale et de feuilles forestières.

Dans le village Cat Cat; la profession de fabrication de bijoux en argent et en bronze existe depuis longtemps. Pour donner naissance à des produits sophistiqués; le processus de fabrication d’argent comprend de nombreuses étapes qui; demandent de méticulosité et de talent des artisans.

Une autre attraction de Cat Cat; c’est la tradition culturelle préservée presque intact des H’Mong; exemple le coutume de  tir de femme. Quand un garçon est tombé amoureux d’une fille. Il invite ses amis à prendre un repas et leur demande de lui aider pour tirer cette jeune fille d’une manière inattendue et; la garde pendant trois jours. Si la jeune fille accepte d’être sa femme, un mariage aura lieu. Si elle refuse; le couple partage un bol de vin pour se lier d’amitié et tout est revenu à la normale comme si rien ne s’était passé. Le mariage des H’Mong à Cat Cat se tient habituellement de 2 à 7 jours.

Pendant votre voyage au Vietnam; le village Cat Cat est devenu une destination incontournable pour tous ceux visitant le Nord du Vietnam.

 

Comment choisir une bonne colonie de vacances pour enfant?

Actualités, Découverte de la France 11/07/2018

La plupart des parents ont des doutes sur les colonies de vacances : sur la sécurité des enfants, les organisations, le repas, etc. Ce sont d’ailleurs les raisons qui peuvent les pousser à ne pas envoyer les enfants en colonie de vacances même si elles sont bien bénéfiques. Face à cette inquiétude parentale, il est donc devenu impératif de savoir faire le bon choix en matière de colonie. Si la colonie de vacances respecte les exigences et les attentes des parents, ces derniers seront moins stressés et moins angoissés d’y envoyer leurs enfants.

Commencez par bien vous informer

 

Le choix de la colonie de vacances 7 ans dans laquelle vous allez envoyer votre enfant doit se faire avec un grand sérieux. Pour ce faire, il est conseillé de bien s’informer sur les normes et les réglementations qui régissent les colonies de vacances et de choisir un établissement qui respecte au doigt et à l’œil ces réglementations. Pour avoir les informations nécessaires, vous pouvez vous rendre auprès de la mairie pour en savoir plus sur la colonie de vacances. Vous devez également vous informer sur les compétences et les qualifications du personnel qui va encadrer vos enfants. Il est impératif que ces derniers disposent de solides compétences et d’un grand sens de la responsabilité. Vous pouvez vous rendre sur le site de la colonie de vacances 7 ans et regarder les avis des autres internautes. Le point essentiel à retenir, c’est que la colonie respecte bien toutes les normes.

Choisissez une colonie en accord avec les exigences de vos enfants

Partir en colonie de vacances ne devrait pas être une obligation pour les enfants. C’est pourquoi, il est important de demander son avis avant de prendre une décision. Interrogez-le sur ce qui lui fait plaisir, ses envies et montrez lui vos diverses propositions, à lui de faire son choix. Si par exemple, il adore la nature et les randonnées, vous pouvez l’envoyer dans une colonie de vacances découvertes, c’est pareil s’il adore les études, vous pouvez l’envoyer dans une colonie de vacances scientifiques, et bien d’autres encore. En choisissant une colonie de vacances où il se sentira dans son milieu, vous allez faire de ses vacances, un moment inoubliable.

Choisissez bien la durée du séjour

Pour les enfants, les vacances passent très vite. Comme c’est des moments réservés à la détente, au plaisir et au loisir, pour eux, le temps file comme un éclair. C’est pourquoi, même si vous les envoyer en colonie de vacances pendant un mois tout entier, cela ne les poseront sans doute pas problème. Néanmoins, même si vous souhaitez faire plaisir à vos enfants, il faut bien choisir la durée du séjour. Si par ailleurs, c’est sa première colonie, il est préférable de choisir un séjour plus court, d’une semaine ou de dix jours maximum. Par contre, si votre enfant est déjà habitué aux colonies, vous pouvez choisir de l’y envoyer pendant deux semaines voire plus. C’est votre rôle en tant que parents de juger de la capacité d’indépendance de votre enfant, de plus, vous êtes les personnes les mieux placées pour savoir ce qu’il y a de mieux pour votre enfant.

Savourer les bons plats coréens au cours d’un voyage

Actualités 10/07/2018

La Corée vaut un détour, ne serait-ce que pour ces délicieux plats. Sur place, les amateurs de cuisines exotiques ne seront pas déçus des déciles que propose cette perle d’Asie de l’Est. Se démarquant de l’art culinaire de ses pays voisins, cette contrée est reconnue pour ses spécialités comportant souvent de l’huile de sésame, du piment, des légumes et des fruits de mer. Bref tout ce qu’il faut pour donner une explosion de saveur aux papilles des fins gourmets. Outre les ingrédients, certains mets sont en eux-mêmes hors du commun. D’ailleurs au cours de leur séjour en Corée, les touristes en quête de plats originaux sont invités à goûter au fameux cheonggukjang. Malgré son odeur peu ragoûtante, cette recette de piments forts aux fèves de soja est loin d’être dégoûtante. Au bout de quelques bouchées, certains vacanciers sont même conquis par son goût.

Le sanakji, un plat insolite

Ceux qui veulent essayer un mets plus consistant ne seront pas déçus de se rendre au le marché aux poissons Noryangjin. Là-bas, les produits de la mer sont à l’honneur. D’ailleurs, les pieuvres ne manquent pas sur les étales des marchands. En Corée, ces délices venus des océans ne sont pas toujours cuits. En effet, les pieuvres crues sont appréciées des locaux. Au cours de leurs séjours en Corée, les gourmets les plus téméraires pourront s’adonner à une expérience originale, goûter à ces spécialités. Près du marché, quelques restaurants proposent du sanakji (de la pieuvre crue assaisonnée au sésame ou à l’huile de sésame). Malgré ses ventouses, ses mouvements et sa chair un peu caoutchouteuse, cet animal s’avère bon à manger. Une fois habitué, le gigotement de la pieuvre ne gêne même plus le palais. Toutefois, il est conseillé de prendre une rasade d’huile de sésame pour atténuer la force de succion des ventouses.

Le bulgogi, un délice pour les amateurs de viande

Séjourner en Corée n’est pas seulement une occasion pour goûter des plats insolite, c’est aussi une aubaine pour savourer des mets succulents. Le bulgogi plaira particulièrement aux amateurs de plats carnés. Il s’agit de viande marinée puis grillée ou cuite. Généralement, on utilise du porc ou du bœuf pour préparer ce « barbecue coréen ». Dans le cas du porc, la viande est souvent marinée dans une base de sauce soja accompagnée de sucre et d’huile de sésame. Quant à la préparation du porc, les locaux mettent de la pâte de piments, gingembre dans leur marinade. Quoi qu’il en soit, bulgogi est toujours cuit de la même manière, c’est-à-dire sur des braises, à la poêle ou en pot-au-feu. Une fois cuit, ce délice est servi avec du riz et des accompagnements comme le kimchi ou le kaetnip, un vrai régal pour les papilles.

Vivre des aventures mémorables dans les réserves naturelles du Costa Rica

Actualités 08/06/2018

Le continent américain compte quelques destinations merveilleuses à découvrir, à l’instar du Costa Rica. Celui-ci, malgré son superficie réduite, soit près 51 100 km², présente une nature extrêmement riche. Effectivement, approximativement 5% de la biodiversité de la planète se trouve dans cette contrée. Grâce à cela, on lui a attribué quelques surnoms comme « jardin de l’Amérique » ou encore « la perle de l’Amérique Centrale. Pour préserver sa flore exubérante et sa faune foisonnante, ce pays a mis en place une multitude de secteurs protégés. Parmi ces derniers, on peut mentionner la réserve de Monteverde. Cette zone de conservation conviendra parfaitement aux amateurs d’écotourismes. Elle est proche de la ville de Santa Elena et culmine à une altitude d’environ 1 500 m. Ce site possède une aura unique conférée par son atmosphère brumeuse. Il constitue un véritable paradis pour les passionnés d’ornithologie puisqu’il regroupe près de 5 % des oiseaux du monde. D’ailleurs, ce havre de paix est un lieu idéal pour observer le quetzal. Il s’agit d’une espèce aviaire très rare qui était considérée comme sacrée par certains peuples préhispaniques, à savoir les Aztèques et les Mayas. Ceux qui y viennent pour découvrir des espèces de plantes seront satisfaits, car ils auront la chance d’y admirer des fougères ainsi que des orchidées.

Le parc national Carara, un site qui mérite un détour

Au cours de leur séjour au Costa Rica, afin de découvrir la richesse naturelle de ce pays, une halte au sein du parc national de Carara s’impose. C’est un secteur protégé qui présente un biotope exceptionnel regroupant la faune des forêts humides des plaines de la côte du pacifique sud ainsi que la fôret sèche du nord-est du territoire costaricain. Les passionnés d’ornithologie n’auront pas le temps de s’ennuyer durant leur passage dans cette réserve, car celle-ci fait office de repaire pour de nombreuses espèces d’oiseaux, en ne citant que le tohi à bec orange, la pione à tête bleue, l’ara rouge, un perroquet très color. Par ailleurs, ce site abrite également des crocodiles américains qui sont connus pour leur grande taille. D’ailleurs, le nom de cette aire protégée vient du mot amérindien « carara » qui veut dire crocodile.

Passer des moments inoubliables au parc national de Tortoguero

Un voyage écologique au Costa Rica est incomplet sans un détour au sein du parc national Tortoguero. Celui-ci appartient à la province de Limón. Il fait partie du Humedal Caribe Noreste, une zone humide de grande importance. Afin d’accéder à ce site, les routards seront invités à emprunter un taxi boad. À bord de cette embarcation, les touristes se laisseront impressionner par la nature exubérante qu’ils verront en cours de route. D’ailleurs, ce trajet sillonne le Canales de Tortoguero et présente un décor verdoyant composé de plantations de banane et de forêt tropicale. Ceux qui souhaitent bénéficier d’un moyen de transport plus confortable, quant à eux, se rendront dans cette aire protégée par avion. Arrivés sur place, les globe-trotters auront la possibilité d’apercevoir plusieurs espèces de tortues.

Profitez de l’Île Maurice d’une manière différente avec Marguery Exclusive Villas

Actualités 07/05/2018

Situé sur la côte ouest de l’île Maurice, ce resort privé est un véritable cocon entre mer et montagne. À deux pas d’un lagon aux eaux turquoise et d’une plage de sable blanc, ce lieu privilégié vous accueillera dans ses villas 3 et 4 chambres pour vos vacances à l’ile Maurice entre amis ou famille.

Profiter de l’Île Maurice d’une manière différente, loin du tourisme de masse, c’est l’esprit de Marguery Exclusive Villas. Afin de vous offrir plus qu’une villa de location à l’Île Maurice, les propriétaires ont imaginé un lieu privilégié pour vos vacances en famille ou entre amis, un parking privé et sécurisé avec une conciergerie. Marguery Exclusive Villas est un véritable cocon situé entre la mer et les montagnes, qui abrite plusieurs villas de 3 ou 4 chambres, disponibles à la location. Authenticité, style et services sur mesure vous attendent pour un merveilleuxséjour à l’ile Maurice.

Une télévision à écran plat avec chaînes par satellite est incluse dans toutes les 29 villas, et vous pourrez profiter d’une connexion Wi-Fi gratuite,d’une terrasse et d’un coin salon. Les cuisines sont équipées de réfrigérateur, micro-ondes et lave-vaisselle, et le service de chambre est également disponible. Une literie de haute qualité vous attend pour une bonne nuit de repos, et la salle de bains comprend une baignoire profonde et des articles de toilette gratuits. En outre, une salle à manger, une cafetière/théière et une bouteille d’eau sont également disponibles.

Au bar de la piscine du Clubhouse, vous pourrez prendre un verre entre amis. Profitez également du centre de remise en forme et l’accès à la location de vélos ou encore une aire de jeux. Les autres commodités comprennent une connexion Wi-Fi gratuite dans les parties communes, une réception, et un snack bar. Dès votre réveil, profitez d’un petit déjeuner servi dans votre villa.Vous pourrez choisir un petit déjeuner continental, anglais traditionnel ou végétarien.Ce service est disponible uniquement sur réservation auprès de la conciergerie.

Marguery Exclusive Villas est idéalement situé pour vous offrir de nombreuses commodités à portée de main. Restauration, shopping, activités, les petits comme les grands trouveront forcément leur bonheur autour du resort.

Page 1 de 31 2 3

Annonces partenaires