Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | Connexion

Tous unis pour relancer l’économie touristique !

Actualités il y a 6 heures

La crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19 a plongé le secteur touristique dans une situation exceptionnelle. Et pour cause, l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) a une nouvelle fois revu à la baisse ses estimations pour 2020 : chute de 60 à 80% du nombre de touristes dans le monde ainsi qu’entre 800 et 100 milliards de recettes internationales en moins.

►►► A Découvrir aussi : Découvrez nos offres d’hébergements

Habitués à regrouper régulièrement et physiquement ses différents partenaires pour aborder et échanger autour de sujets d’actualité, les Hubs de La Provence ont organisé, le 23 juin, le troisième “Hubinaire” relatif cette fois au secteur du tourisme, avec comme invités d’honneur François de Canson, président du Comité Régional de Tourisme (CRT) Provence-Alpes-Côte d’Azur, Loïc Chovelon, directeur général du CRT Provence-Alpes-Côte d’Azur, et Isabelle Brémond, directrice générale de Provence Tourisme.

À l’instar d’autres destinations, le territoire régional n’a pas été épargné par cette pandémie. “Le tourisme a été touché dès le départ. Surtout, il a été frappé plus longtemps que les autres. Depuis le début de la crise sanitaire, la destination a déjà perdu 7 milliards de chiffre d’affaires”, révèle François de Canson. Des conséquences dramatiques également constatées du côté de Provence Tourisme, l’agence départementale de développement touristique. “Dans le département des Bouches-du-Rhône, 8 millions de touristes sont accueillis chaque année pour 42 millions de nuitées enregistrées. Sur la seule période de janvier à mai, ce sont 11 millions de nuitées en moins, soit 675 millions d’euros de pertes pour le territoire. Il nous fallait de réagir par conséquent”, confie Isabelle Brémond.

Une complémentarité dans les plans de relance

Pour éviter un désastre économique et limiter les impacts de cette crise sans précédent, les destinations ont mis les bouchées doubles pour relancer cette industrie, qui représente dans la région près de 13% du PIB et 20 milliards d’euros de recettes. “Au niveau de la Région, 90 millions d’euros ont été engagés par le président Muselier avec nombre de mesures engagées afin notamment d’aider les professionnels à surmonter la crise. Parmi elles, la création de Chéquiers Vacances d’une valeur de 500 euros à dépenser sur le territoire, mis à la disposition de foyers au quotient familial qui ne dépassent pas 1 000 euros ou encore la création de l’opération “Le FRAT-Terrasses”, outil permettant aux municipalités d’exonérer les droits de terrasses aux cafetiers, restaurateurs et les plagistes”, indique le président du CRT.

Ces différents dispositifs de relance sont également accompagnés d’une campagne de communication, encore jamais réalisée sur le plan national. “La stratégie a été d’attaquer en premier le marché national pour arriver à compenser la perte de la clientèle internationale par le marché français. Avec la campagne ‘On a tous besoin du Sud’, notre ambition était simple : avoir la campagne la plus visible des destinations françaises et être les premiers à dégainer“, déclare Loïc Chovelon. Néanmoins, pour également relancer l’arrière-saison, cette campagne de promotion, dont les spots publicitaires sont diffusés depuis début juin, devrait prochainement être interrompue avant de reprendre fin août afin de stimuler l’arrière-saison.

Un plan de relance régionale complété par les dispositifs mis en place par le Département et la Ville de Marseille. “Ce plan d’environ 10 millions d’euros porté par le département et Provence Tourisme, qui sera effectif à partir du 3 juillet jusqu’en février 2021, vient parfaitement se compléter à celui de la Région”, insiste la directrice de Provence Tourisme, qui avait durant l’intégralité de la période de confinement mis en place une hotline afin d’accompagner les professionnels en matière de soutien économique, demande d’informations sur des initiatives… Afin de développer la consommation d’activités touristique, ce plan de relance prévoit deux opérations phares. La première prend la forme d’un “Pass Séjour”. Son principe est simple : pour tout achat d’un séjour de trois nuits minimum, à partir du 1er juillet, dans tous les hébergements marchands du territoire, est offert au voyageur un carte cadeau de 50 euros réutilisable chez un prestataire touristique du territoire

Le deuxième est le lancement du “Pass Événement”, qui permettra de relancer la partie événementielle grâce à un bon d’achat de 50 euros à utiliser pour tous les événements culturels.

Des opérations qui commencent à porter leurs fruits puisque les touristes français sont bel et bien au rendez-vous. “Les premiers résultats tombent. Sur les sept derniers jours, c’est la Région Sud qui collecte le plus de réservations. Il est donc évident que les taux de remplissage seront aux rendez-vous au mois de juillet et août. Néanmoins, l’enjeu sera l’arrière-saison et c’est à ce moment-là qu’il faudra être très bon”, conclut François de Canson.

Paroles de partenaires

Maxime Tissot (Office Métropolitain de Tourisme et des Congrès de Marseille)

“L’idée de ce plan de relance de la Ville de Marseille avec l’Office Métropolitain de Tourisme et des Congrès de Marseille et la Métropole Aix-Marseille-Provence est de s’inscrire dans cette continuité régionale et départementale. Chacun à ses enjeux, et il fallait, pour booster Marseille, que l’on conçoive notre propre dispositif. Depuis le 3 juin et jusqu’au 16 août, une quarantaine de marques marseillaises, dont Maison Empereur, Sessún ou encore Honoré, sont présentes au BHV Marais, dans le cadre d’une opération de séduction auprès de la clientèle parisienne. Cette opération a eu l’effet de rassurer nos professionnels marseillais. La campagne de promotion “Marseille Évidemment” vient renforcer ce qui a pu être fait par le Département et la Région. Nous l’avons articulé en trois points. Le 11 mai, un film d’une trentaine de secondes a été lancé sur les réseaux sociaux pour mettre en lumière la cité phocéenne, pour regagner la confiance des Français en notre destination. La deuxième vague est une campagne de communication auprès des médias tandis que la dernière partie sera consacrée à la relance du tourisme d’affaires.”

Gilles Chauvet (MSC Croisières)

“Pour l’heure, nous pouvons repartir dès septembre. Néanmoins, nous sommes en ordre de marche s’il devait y avoir quelconque changement. Enfin, pour préparer la reprise, nous avons déjà mis au point notre programme Hiver 2020-2021, qui offrira plus de 90 itinéraires différents à travers les Caraïbes, la Méditerranée, le Golfe, l’Afrique du Sud, l’Amérique du Sud et l’Asie.”

Raphaël Sallerin (Groupe Odalys)

“Le groupe Odalys a été un des acteurs les plus agiles du marché depuis le début de cette crise sanitaire et n’a eu de cesse de proposer des offres commerciales, cinq au total. Et ce, afin de soutenir la relance du secteur, de réassurer nos clients et d’encourager les réservations. Dès le 10 avril, nous avons conçu l’offre Sérénité permettant de réserver ses vacances d’été sans stress et sans aucun paiement immédiat tout en bénéficiant d’une annulation gratuite, peu importe la raison. Puis, en mai, une offre pour encourager la reprise des réservations, en proposant jusqu’à 750 euros de réduction sur un séjour en juin ou juillet aux vacanciers détenteurs d’un avoir suite à une annulation de séjour liée à l’épidémie de Covid-19. En juin, trois offres commerciales successives ont été lancées. Une première permettant d’annuler sans frais même à quelques jours du départ avec un remboursement à 100% en cas d’impossibilité de se déplacer suite à une décision gouvernementale restrictive de déplacements. Une seconde permettant pour tout règlement par chèques vacances un système de bonification allant jusqu’à 30% du montant d’un séjour réservé. La dernière en date, lancée le 19 juin, permet aux vacanciers de partir cet été sans avancer le montant de leur séjour et de payer l’intégralité de leur séjour seulement à leur retour de vacances. “

Source: laprovence.com

Vacances : Où partir en France cet été ?

Découverte de la France 21/06/2020

La crise sanitaire que nous subissons depuis le mois de mars aura eu des impacts sur notre économie, sur notre travail, sur notre quotidien, mais aussi sur nos vacances. De nombreux pays n’ont pour l’heure rouvert leurs frontières. Beaucoup passeront les vacances en France cet été. Mais où aller ?

Les vacances approchent à grands pas, mais en raison de la crise sanitaire que nous vivons, beaucoup ne pourront se rendre à l’étranger. En effet de nombreux pays n’ont pour l’heure rouvert leurs frontières. Certains pays sont encore très fortement touchés par le coronavirus, comme le Pérou, l’Argentine, les Etats-Unis, ou encore le Brésil. Vous êtes nombreux à avoir renoncé aux vacances à l’étranger pour rester en France, pour éviter les péripéties. De nombreux Tour-opérateur ont été obligés d’annuler les vacances de leurs clients en raison des frontières fermées dans certains pays. 

Où partir en vacances en France ?

Marina Dal vous propose quelques idées voyages en France

Pour ne pas rester chez soi cet été Marina Dal a eu l’idée de créer une agence de voyage en ligne, son nom “Explor’in France”. L’agence en ligne indépendante est basée à Pau depuis un an. La particularité de l’entreprise de Marina Dal, être spécialisée dans l’organisation de circuits culturels sur mesure, à la découverte des régions françaises uniquement. Explor’in France vous propose de découvrir les lieux remarquables de notre pays avec bien entendu la présence des départements et territoires d’Outre-Mer.

Chaque circuit proposé par Marina Dal vous permettra de découvrir les sites historiques de notre pays, les diversités culturelles et artisanales, le fabuleux patrimoine naturel et ses particularités géologiques, le tout en s’adaptant aux besoins de chacun. Pour que les vacances vous ressemble au maximum. Vous pourrez faire des activités sportives dans le respect des règles sanitaires en petit groupe. Les visites culturelles peuvent être maintenues en revanche, le port du masque pourra être imposé, le lavage des mains avec du gel hydroalcoolique sera obligatoire mais les visites pourront être maintenues. 

Les vacances en Europe devraient être possibles cet été. D’ici au mois de juillet de nombreux pays accueilleront à nouveaux des touristes, mais les restrictions seront toujours présentes et les contrôles seront renforcés. Le site du ministère des affaires étrangères vous permettra de savoir en temps réel les conditions de séjour, mais aussi connaître les différentes restrictions s’il y en a, pendant cette période particulière.  

Source: francebleu.fr/vie-quotidienne/voyages-vacances/

Découverte des plus beaux parcs nationaux de France

Actualités 12/06/2020

Lorsqu’on pense aux parcs nationaux, on pense forcément aux parcs de Yellowstone et du Grand Canyon, aux Etats-Unis. Mais il n’y a pas besoin de partir aussi loin quand on est à la recherche de grands espaces. La France compte elle aussi des parcs nationaux : huit en métropole et trois en Outre-mer. On retrouve ainsi, par ordre de création, la Vanoise (1963), Port-Cros (1963), les Pyrénées (1967), les Cévennes (1970), les Ecrins (1973), le Mercantour (1979), la Guadeloupe (1989), La Réunion (2007), la Guyane (2007), les Calanques (2012) et le Parc national de forêts (2019). Ils représentent près de 9,5% du territoire français (60 728 km²).

“Les parcs nationaux de France sont des espaces naturels protégés, terrestres et maritimes, dont le statut reconnu de « territoires d’exception » rayonne à l’international. Ils participent à ce titre à l’image et à l’identité de la France. Leur mode original de gouvernance et de gestion leur permettent d’en préserver les richesses. Espaces de découverte de la nature et de ressourcement, ils attirent chaque année plus de 8 millions de visiteurs”, expliquent ainsi Les parcs nationaux de France sur leur site internet.

Créé le 6 juillet 1963, le parc national de la Vanoise est le plus ancien. Situé dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, il abrite notamment des bouquetins et des chamois, ainsi que près de 125 espèces d’oiseaux nicheurs, dont le gypaète barbu et l’aigle royal.

Dans les Caraïbes, le parc national de la Guadeloupe a été créé le 20 février 1989. La surface du cœur terrestre mesure 18 800 hectares, et la surface du cœur marin s’étend à 3 300 hectares. “Ces écosystèmes offrent une richesse biologique exceptionnelle. Les îlets et la barrière récifale abritent une faune corallienne d’un grand intérêt écologique. La forêt tropicale de la Basse-Terre est l’une des mieux conservées des Petites-Antilles”, indiquent Les parcs nationaux de France sur leur site.

Enfin, le parc national de forêts est le plus récent. Créé le 7 novembre 2019, il se situe sur les départements de la Côte-d’Or et de la Haute-Marne. On y trouve “de nombreux milieux naturels : marais tufeux, pelouses calcaires, prairies, riches en espèces parfois rares comme le Sabot de Vénus. Si les populations de cerf, chevreuil et sanglier sont très abondantes, on rencontre également des espèces remarquables comme le chat sauvage ou la cigogne noire”.

Source: www.geo.fr/voyage/

3 millions de billets SNCF à moins de 49 euros pour les congés d’été 2020

Découverte de la France 04/06/2020

Alors que le gouvernement encourage les Français à choisir l’hexagone comme prochaine destination de vacances, la SNCF s’engage à faire un effort pour l’attractivité des tarifs.

Le secrétaire d’État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, annonce la mise en vente de 3 millions de billets de train longue distance (TGV et Intercités) à moins de 49 euros à l’antenne de France Info.

►►► A Découvrir aussi : Pour vos déplacements choisissez votre location de véhicules au meilleur prix

Pas d’augmentation du prix des billets

« Ça concernera essentiellement les trains longue distance », ajoute le secrétaire d’État. Le dispositif devrait être annoncé en début de semaine prochaine. L’offre est mise en place pour la saison estivale qui devrait démarrer autour de la mi-juin.

« Il n’y aura pas d’augmentation du prix des billets, parce que la SNCF est dans une politique de reconquête des clients », a encore ajouté Jean-Baptiste Djebbari.

Il chiffre également les pertes rencontrées par la SNCF à quatre milliards d’euros pour l’année 2020.

Le secrétaire d’Etat aux Transports a également indiqué dimanche sur BFMTV que «100% de l’offre» de la SNCF serait commercialisée à partir de la «mi-juin». La règle d’un siège sur deux occupé est donc levée.

Source: lunion.fr

Comment les gîtes et campings aborderont l’éventuelle reprise du tourisme ?

Découverte de la France 25/05/2020

Faut-il rouvrir les frontières cet été et laisser voyager les Européens ? Rien n’est encore décidé et les discussions se poursuivent entre dirigeants européens.

Le Gard est célèbre pour son pont mais personne n’y a accès actuellement. Le site et le parking sont fermés. Les villages sont presque déserts alors que la saison touristique aurait dû débuter il y a déjà deux mois.


►►► A Découvrir aussi : Les hébergements à proximité du pont du Gard


Dans un camping créé par des Belges près d’Alès, les campeurs sont absents et le gérant fait déjà ses premiers comptes. Il sait que la saison sera difficile : “Cette année, on a déjà perdu toute la période du printemps, ce qui représente à peu près 30% du chiffre d’affaires. Pour juillet et août, il serait réaliste de penser à une baisse de 50%. On va avoir un gros trou dans nos financesexplique François Maire, propriétaire du “Mas de Rey”.

En plus, il vient de construire de nouveaux chalets pour accueillir une clientèle plus large. Pas question donc de faire de nouveaux investissements en 2021.

Comment gérer l’été sous l’ère Covid ?

Il suffit de déambuler dans ce site de 7 hectares pour comprendre que la distanciation sociale pourra être respectée. Les emplacements pour les tentes sont suffisamment grands et François a notamment prévu du gel et un nettoyage approfondi des sanitaires. Il pourrait aussi fermer le restaurant, mais il attend des instructions claires. “Si elles sont trop strictes, elles vont être chères à mettre en place et ça se calcule aussi.

Si les étrangers ne peuvent pas venir, et notamment les Belges, il pourrait ne pas ouvrir. Pourtant, tout est prêt pour les accueillir. Il nous montre la piscine : “20 degrés, c’est tout à fait ‘baignable’. Il ne manque plus que les transats et les clientstémoigne-t-il, un peu dépité.

Un brin d’optimisme dans le Luberon

Arrêt au pied du Luberon où la vie reprend progressivement, sauf chez les loueurs de gîtes et de chambres d’hôtes. Nous arrivons chez un couple de Belges qui restent plutôt confiants, même si pour le moment ils comptent plus d’annulations que de réservations. “On fera une demi-saison, mais ça vaut mieux que rien du tout.

Moi, je suis optimiste pour juillet et août. Je pense que les clients vont revenir“,témoignent Arièle et Etienne François, propriétaires du Lantana. Les Belges constituent 50% de leur clientèle.

Etienne a pensé aux aménagements possibles pour éviter les contacts, même si le risque zéro n’existe pas : “On ne va pas leur faire porter les masques tout le temps. Ils sont bien séparés et on peut espacer les petits-déjeuners. Nos gîtes, c’est comme des petites maisons où les familles sont seules. Il faudra juste faire attention à la piscine.

Il n’empêche, cette saison est déjà largement rabotée alors que d’importants investissements ont, là aussi, été réalisés cet hiver.

L’année 2020 est décidément bien compliquée pour les professionnels de cette région de Provence. Ils n’ont que quelques semaines pour sauver leur saison.

Le Perche a une carte à jouer pour la saison été 2020

Tous à la campagne 24/05/2020

Le Perche veut et doit en profiter. Avec la crise sanitaire qui touche la France et le monde entier, le secteur du tourisme est impacté.

Il faudra revoir sa copie pour attirer les visiteurs tout en respectant leur sécurité. Et « notre région a véritablement un coup à jouer » lors de la prochaine saison estivale, explique Annie Sevin.

Hébergements dans le perche : Nogent-le-Rotrou

« Une option de destination »

Motivée comme jamais, la présidente de l’Office de tourisme du Perche a dans ses mains de nombreux atouts. Une « belle main » d’un joueur de poker. Sans bluff. Son maître mot : le dynamisme, « ne pas attendre que tout se débloque pour agir ».

On ne peut pas lui donner tort. Le Perche, avec ses circuits vélos, ses promenades, ses coins dédiés à la pêche, ses producteurs et ses nombreux gîtes, a de quoi séduire plus d’un Français à l’heure de partir en vacances, des vacances qui seront particulières cette année. La région « peut être » une option de destination.

Elle note :

Durant le confinement, des personnes, habitant dans un rayon de 100 km autour de Nogent, sont venues s’installer ici pour y télétravailler. Et sont restées alors qu’ils étaient de passage habituellement. D’autres vont encore venir.

La campagne attire. Il faut que chacun – les prestataires – tire dans le même sens. Et mettre en avant les avantages du secteur. L’Office du tourisme y aura son rôle, « en mettant en avant les hébergeurs étant labellisés pêche ou vélo ».

Pour la responsable, « notre structure doit être là pour conseiller et informer certains qui se trouvent en difficulté après le confinement ».

Les diriger vers des aides « pour réinvestir ». Ce moment charnière, Annie Sevin ne veut pas le manquer, ne sachant pas si cela « pourrait durer dans le temps ou que ce phénomène ne soit que provisoire ».

L’Office de tourisme de retour
Fermé suite au confinement, l’Office de tourisme de Nogent-le-Rotrou a rouvert ses portes. Avec une organisation pour s’adapter à la crise sanitaire. « Il y aura toujours une de nos quatre conseillères en séjour à l’accueil. Il y aura une alternance hebdomadaire » explique Annie Sevin, la présidente.
À l’intérieur, « nous ne pourrons pas accueillir plus de six personnes en même temps ». Des personnes qui devront être automatiquement masquées, « si elles n’en possèdent pas un, nous pouvons le fournir ». Un plexiglas a été installé à l’accueil. Et les visiteurs ne pourront pas toucher les documents, ni les produits de la boutique, « ils devront demander à la conseillère ».
Du gel hydroalcoolique est à disposition à l’entrée de l’Office. La borne interactive a été désactivée, « et nous avons retiré le mobilier non indispensable ». Annie Sevin incite les paiements « par carte bancaire ». Quant à la location de vélo, « nous les désinfecterons après chaque usage : poignet, selle avec une charlotte dans chaque casque ».
L’Office de Tourisme s’est également mis à l’heure d’été. Les heures d’ouverture : du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h30 et le samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h30 à 17h.

Miser sur l’autonomie

Bien sûr, le Covid-19 change les habitudes. Il faudra s’adapter comme compte le faire l’Office de tourisme de Nogent.

Nous mettons en place des visites privées, des groupes allant de cinq à dix personnes. Avec des thèmes à la demande, toujours à l’extérieur : parcs et jardins, quartiers historiques, étang de la Borde… 

Autre idée pour arpenter la région, « la découverte des villages en autonomie. Avec vingt communes au choix. Avec un livret qu’on peut trouver chez les hébergeurs, dans notre local rue Villette-Gâté, dans les mairies, les commerces alimentaires où les sites proposant des activités ».

Sur ce livret, « on y retrouve un plan, les points d’intérêt et un questionnaire ».

Circuits vélo et producteurs

Sans oublier les circuits vélo.

Elle dévoile :

Nous en louons sept à l’Office de tourisme. 15 euros la demi-journée, 20 euros la journée.

Les chemins et balades sont nombreux. Annie Sevin incite les amoureux des deux roues, « de prendre rendez-vous chez les producteurs locaux pour goûter leurs fabrications lors de leurs promenades. On peut même proposer un panier pique-nique avec tous nos prestataires touristiques ».

Enfin, pour des rendez-vous en famille, comptez sur les enquêtes de Max – dans les rues de Nogent – pour se divertir. Et apprendre l’histoire de la commune avec des parcours patrimoine.

été 2020 en France, où partir en famille ?

Découverte de la France 18/05/2020

Location de vacances et réservations

Les Français commencent à réserver leurs vacances d’été en famille. Depuis que le Premier ministre a annoncé que les Français pourraient partir en vacances en juillet et en août, en métropole ou dans les départements d’outre mer, les locations de vacances sont prises d’assaut et les réservations de Gîtes de France ont considérablement augmenté.Les Français peuvent prendre leurs réservations. Les acteurs du tourisme de l’hôtellerie, se sont engagés à faire en sorte qu’ils soient intégralement remboursés dans l’hypothèse où l’évolution de l’épidémie ne rendrait pas possible le départ en vacances, avait précisé Edouard Philippe ce 14 mai, lors de l’annonce de son plan de relance pour le secteur du tourisme. Il n’en fallait pas moins pour que les familles commencent enfin à se projeter pour des réservations, à l’hôtel, au camping ou dans un gîte, en France. 

Location Airbnb : pourquoi les réservations sont-elles peu nombreuses ?

Airbnb a constaté une forte augmentation des recherches du 15 avril au 15 mai, avec “85% qui portent sur des lieux de séjour en France“, précise la plateforme de locations touristiques dans un communiqué. Aussi, les recherches locales, à moins de 80 km du domiciles sont “plus de trois fois supérieures à celles de la même période l’année dernière”, tandis que les locations avec piscine semblent les plus appréciées pour cet été, tout comme les destinations balnéaires. Pourtant, peu de réservations ont été effectuées. En cause ? Le site précise que “les voyageurs ne seront pas remboursés s’ils doivent annuler une réservation effectuée après le 14 mars en raison du Covid-19“. 

Les réservations de train à la SNCF

Depuis le 15 mai, les réservations des TGV et Intercités sont ouvertes pour les vacances d’été en France. Néanmoins, jusqu’au 2 juin, la SCNF ne prévoit qu’un siège sur deux, en espérant un retour à la normale cet été. Rappelons que les billets de train réservés sont échangeables et remboursables sans frais, en cette période de coronavirus.

Pourra-t-on partir à l’étranger cet été ?

Les vacances à l’étranger semblent compromises cette année. “On va limiter les déplacements internationaux pendant les vacances d’été. On va essayer de rester en Europe, ou même dans une zone plus restreinte. On saura ça début juin, c’est trop tôt pour le dire aujourd’hui”, avait déclaré Emmanuel Macron le 5 mai dernier. Pour l’heure, les frontières européennes restent fermées “jusqu’à nouvel ordre”, mais elles pourraient rouvrir après le 15 juin de manière progressive selon l’évolution de l’épidémie.

  • Réouverture des frontières : les frontières franco-suisses devraient rouvrir le 15 juin Alors que la déconfinement progressif de la France a débuté ce lundi 11 mai, se pose l’épineuse question de la réouverture des frontières. Quand pourrons-nous nous rendre en Europe ? Et ailleurs à l’étranger ?

Pourra-t-on aller à la plage cet été ?

Le 28 avril, le Premier ministre avait annoncé que l’accès aux plages ne serait pas autorisé avant au moins le 2 juin. Néanmoins, sur demande des maires, de nombreuses plages ont pu rouvrir en France, à condition de respecter les règles de distanciation sociale.Pour autant, la plage statique n’est pas permise : il ne sera donc pas possible d’y poser sa serviette pour bronzer ou faire un pique-nique en famille : seules la promenade, la baignade, la pratique sportive individuelle et la pêche à pieds y sont autorisées pour le moment. 

Quelles sont les plages ouvertes en France ?

De nombreuses plages ont pu ouvrir depuis le 13 mai. Les départements des Alpes-Maritimes, l’Hérault, les Pyrénées-Atlantiques, la Gironde, le Nord, l’Ille-et-Vilaine, le Pas-de-Calais, la Vendée ou encore les Côtes d’Armor ont pu accueillir du public, tout comme La Baule/Pornichet (44), la plage des Sables-d’Olonne (85) et les plages de l’Ile d’Yeu (85).

  • Quelles plages rouvrent en France ? Quand ? Pour qui ? Comment ?Certaines plages commencent enfin à rouvrir en France. D’autres maires ont envoyé des demandes de réouverture et attendent le feu vert des préfets. Qui pourra (ou non) se rendre en bord de mer ? Quid de Paris Plages ?

Vacances d’été en France

Edouard Philippe avait déjà annoncé le 19 avril que les vacances d’été seraient particulières cette année et incité les Français à privilégier les séjours dans notre beau pays. Il a annoncé qu’il allait falloir prendre son mal en patience et repousser ses projets de séjour à l’étranger pour plus tard. Le Premier ministre a ajouté qu’il n’était pas sûr que le transport aérien pourrait reprendre dans de bonnes conditions rapidement, et que “les conditions d’entrée ou de ré-entrée sur le territoire national” seront certainement “assez exigeantes vis-à-vis de ceux qui arrivent de l’étranger”. Un avis partagé par Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, en charge du Tourisme. “Lorsque les conditions sanitaires le permettront, je suis persuadé que les Français auront “envie de France” et je souhaite qu’ils puissent soutenir les hôteliers, restaurateurs, activités de loisirs, les sites patrimoniaux qui font la richesse de nos territoires“, a-t-il confié au Parisien le 26 avril. La majorité des parents devraient donc profiter de leurs vacances en France. Une campagne pourrait même être lancée pour soutenir les professionnels du tourisme, en incitant les Français à rester dans l’hexagone, et ainsi limiter la propagation du virus d’un pays à l’autre. Mais reste à savoir dans quelle mesure il est possible de partir.

Peut-on partir en week-end pour le pont de l’Ascension ?

Il est encore trop tôt pour penser aux vacances d’été. Je donne d’ores et déjà rendez-vous aux Français à la fin du mois de mai pour évaluer les conditions dans lesquelles nous organiserons une nouvelle phase de déconfinement, et prendrons en particulier des décisions sur l’organisation des vacances, a déclaré Edouard Philippe à l’Assemblée nationale lors de l’annonce de son plan de déconfinement. D’ici là, les déplacements de plus de 100 kilomètres sont à proscrire, hors motifs “impérieux, familial ou professionnel” (sur présentation d’une attestation obligatoire), et les Français ne pourront pas profiter des ponts de mai, mais surtout du pont l’Ascension le 21 mai, qui aura lieu après le déconfinement. Le jeudi de l’Ascension sera bien férié, mais je dis clairement aux Français : ce n’est pas le moment de quitter son département pour partir en week-end“, a prévenu Edouard Philippe. Mardi 5 mai, Emmanuel Macron a lui aussi prévenu : “Il y a deux grands week-ends qui arrivent: on veut éviter que des gens qui sont dans des villes très touchées aillent dans des zones moins touchées pour prendre un peu le vert, aller à la plage ou ailleurs” a-t-il déclaré.

Etat d’urgence : jusqu’au 10 juillet

Le plan de déconfinement présenté par Edouard Philippe a été rejeté. Il prévoyait notamment de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 24 juillet. Ce 6 mai, les sénateurs ont finalement voté le projet de loi en l’adaptant avec des amendements. Ainsi, l’état d’urgence est fixé au 10 juillet. Entré en vigueur le 24 mars, l’état d’urgence sanitaire permet notamment aux autorités de rendre obligatoire le port du masque dans les transports, d’imposer une mise en quarantaine aux personnes entrant sur le territoire Français… Le texte sera examiné à partir de ce lundi par le Sénat, avant d’être transmis à l’Assemtblée nationale en vue d’une adoption définitive dans la semaine. 

Vacances apprenantes : des vacances d’été studieuses

Cet été, quand tout sera revenu à la normale, on montera des modules de soutien scolaire aux élèves qui en ont besoin, de façon à ce qu’ils passent dans la classe supérieure avec le niveau requis“, a précisé Jean-Michel Blanquer début avril. Ces modules de soutien scolaire gratuits pourraient avoir lieu “au moins pour la dernière semaine d’août”. Le ministère prévoit aussi d’organiser des colonies de vacances éducatives à la fin de la crise. Le ministre de l’Éducation estime en effet qu’entre “5 et 8% des élèves” ont été “perdus” par leurs professeurs qui ne sont pas parvenus à les joindre à distance, a-t-il précisé dans Le Parisien le 31 mars. Aussi, dès le 4 juillet, ces congés seront un peu différents des autres années : “nous avons premièrement les vacances apprenantes, autrement dit des colonies de vacances très éducatives. Nous allons déployer le dispositif “écoles ouvertes” de manière générale dans toute la France, c’est-à-dire que le bâtiment sera ouvert et permettra dans un grand nombre de cas d’avoir des activités au quotidien de façon à ce qu’il n’y ait aucun enfant qui soit confiné pour des raisons sociales et non plus sanitaires aux mois de juillet et août“, a expliqué le ministre sur LCI. L’objectif de ces dispositions est notamment d’éviter le décrochage scolaire, et “que les enfants puissent un petit peu se régénérer à l’occasion des vacances d’été grâce à toutes les propositions”.

Dates des vacances d’été : le 4 juillet 2020

Jean-Michel Blanquer a réaffirmé que les dates des vacances scolaires ne seraient pas changées. “Dans une période où tout change, il est important de maintenir certains repères” a déclaré le ministre de l’Education ce 29 avril sur BFMTV. Les vacances d’été auront donc lieu du 4 juillet au 1er septembre 2020. Les dates sont communes à toutes les zones A, B ou C et les vacances d’été se terminent alors le jour de la rentrée des classes, le mardi 1er septembre 2020.

Source: journaldesfemmes.fr/maman/guide-sorties-en-famille/

Tourisme, week-end, camping, gîtes ce qui change à partir du 11 mai

Actualités 12/05/2020

Le 11 mai, début du déconfinement, est attendu depuis plusieurs semaines. Même si chacun va pouvoir se déplacer à 100km autour de chez lui sans justificatif, il est difficile de penser à des vacances ou des week-end. Les hôtels et les restaurants vont rester fermés même après le 11 mai, ce qui complique les réservations des séjours touristiques. Les plages et la frontière espagnole restent pour le moment fermées ce qui la encore complique la venue de touristes de la région.
Les zones touristiques deviennent moins attractives avec la fermeture de ces établissements et de certains espaces. Pour contrer les baisses de fréquentation, les professionnels du tourisme proposeront dans les prochaines semaines des activités touristiques pour des groupes de moins de 10 personnes.

Les professionnels du tourisme évoque la reprise

Les campings eux aussi vont rester fermés après le 11 mai avec la difficulté d’assurer de bonnes mesures de sécurité. Au vu des nombreuses animations présentes, de la proximité entre chaque utilisateur, les campings ne vont pas pouvoir accueillir de touristes avant quelques semaines. Les professionnels  du camping veulent rester optimistes et espèrent un retour à la normal rapidement.

François Champetier de Ribes gérant de camping, et président du syndicat de l’hôtellerie évoque la situation des campings

Malgré tout il sera difficile de proposer un service comme les étés précédents comme le précise François Champetier de Ribes gérant de camping, et président du syndicat de l’hôtellerie de plein air pour les Landes. Les campings mettent en place des bons d’avoir pour limiter les annulations. Si vous avez réservé une semaine en camping, vous pouvez demander de la déplacer à une autre période. Cela permettra aux professionnels d’assurer des revenus. Les avoirs sont valables pendant 18 mois. En cas d’impossibilité d’utiliser votre avoir dans cette période, vous serez intégralement remboursés à la fin de la période de validité de 18 mois.

Les gîtes vont pouvoir rouvrirent leurs portes, mais les propriétaires vont devoir garantir le respect des gestes barrières. Les propriétaires devront faire le ménage pour le client et dans le logement un gel hydroalcoolique devra obligatoirement être présent. 

En revanche chaque propriétaire de gîtes ne pourra accepter une réservation venant d’un autre département. De plus, les heures d’arrivée et les heures de départ pourront être aménagées pour laisser du temps pour appliquer une hygiène correct dans les logements.  

Source: francebleu.fr/vie-quotidienne/voyages-vacances/

Dans le Vexin normand, les sites touristiques visent le tourisme de proximité

Découverte de la France 12/05/2020

Le 18 mars 2020, une livraison particulière était attendue au château de Vascœuil : l’exposition du photographe normand Jean-François Rauzier devait marquer le lancement de la saison. Mais le Covid-19 est passé par là… Marie-Laure Papillard, propriétaire des lieux, n’espère donc pas une réouverture avant le 20 mai 2020, le temps d’installer ce nouveau rendez-vous.

« IL A FALLU EMPRUNTER »

L’édifice, monument historique, et ses 5 ha de parcs sont l’un des principaux pôles d’attractivité du territoire. «On a 25000 visiteurs par an, souligne Marie-Laure PapillardEncore faut-il qu’ils viennent.» Car ce sont quelque 200 groupes, répartis entre avril et juin, qui ont été annulés en raison de la pandémie.

L’impact économique se fait déjà ressentir. Entre végétation invasive et factures incontournables, «qu’il y ait de la visite ou pas, maintenir en état le site coûte de l’argent. Il a fallu emprunter pour tenir le choc», poursuit celle qui évalue une perte sèche d’au moins 30 000 €. Marie-Laure Papillard prévoit également de diminuer son nombre de saisonniers. Quant aux animations ponctuelles, tout dépendra des directives gouvernementales à venir. Déconfinement. Les transports scolaires reprennent en partie dans le Vexin normand

FÊTES EN SUSPENS

À quelques kilomètres de là, à Lisors, l’abbaye de Mortemer a rouvert son parc lundi 11 mai 2020 et son musée devrait suivre début juin 2020. Une reprise facilitée par sa caisse « libre-service » qui évite tout contact direct. Le client met son règlement dans une enveloppe et récupère le code d’accès de la grille. Sur place, une présence quotidienne permet de prévenir d’éventuels resquilleurs.

Lire la suite : paris-normandie.fr/actualites/

été 2020 en France : pensez à l’Ardèche

Découverte de la France 09/05/2020

Le secteur du tourisme souffre aussi de cette crise du Covid-19. Pourtant 87% des français ont déjà prévu de passer leurs prochaines vacances d’été sur le territoire national. Et pour 1 français sur 2, la crise sanitaire n’a pas eu d’impact sur leur envie de voyage et de vacances en France. Cette crise est l’occasion parfaite pour relancer le tourisme local en France et pour découvrir les régions et départements voisins. Ainsi, chaque semaine, TaMétéo.com vous propose de (re)découvrir une région ou un département. Aujourd’hui, direction l’Ardèche pour les amoureux de la nature !

Envie de montagnes et de vallées ? L’Ardèche est faite pour vous !

Le département de l’Ardèche, en Auvergne-Rhône-Alpes, présente des caractéristiques très différentes : l’altitude varie entre 40m – notamment au confluent du Rhône et de la rivière Ardèche, qui donne son nom au département – et jusqu’à 1 754m pour le sommet ardéchois le plus haut : le Mont Mézenc. Sa situation géographique est délimitée par le Massif Central à l’ouest, et la vallée du Rhône à l’est. De par ces caractéristiques géographiques, l’Ardèche dispose de paysages très différents sur une superficie totale de 5 529m².À lire aussi : Les conséquences invisibles du changement climatique

On distingue en Ardèche cinq grandes régions naturelles : la montagne où l’altitude moyenne est de 1 100m, les plateaux du Haut-Vivarais et des Cévennes qui offrent de magnifiques gorges encore sauvages ainsi que des vues panoramiques, le Bas-Vivarais, le plateau des Coirons et la Vallée du Rhône. La disposition de ce département est particulière : elle est en pente face à la mer Méditerranée. Les vallées bénéficient d’un temps méditerranéen tandis que le Haut-Plateau résiste à l’influence maritime, ce qui donne à ce département des conditions météo très différentes en fonction des villes.

L’Ardèche en été :

L’Ardèche, c’est déjà le sud. Ce département bénéficie de l’influence méditerranéenne, on peut se baigner dans les lacs et rivières de mai à septembre. Le mois le plus chaud est le mois de juillet. Le mois d’août est favorable voire idéale pour certaines villes comme Orgnac-l’Aven, Vallon-Pont-d’Arc, Balazuc, Viviers ou encore Tournon-sur-Rhône en raison de la météo car il y fait très beau, il pleut très peu et le taux d’humidité est peu élevé. D’une ville à une autre, la météo varie beaucoup. En effet, si vous êtes en altitude ou au fond d’une vallée, les températures et le temps ne seront pas les mêmes.

Si vous appréciez les étés très chauds, Vallon-Pont-d’Arc – entre 60 et 400m d’altitude – est une ville idéale pour vos vacances d’été avec une température maximale de 31°C et une température minimale de 23°C et seulement 30mm de pluie étalés sur 5 jours. Si vous n’aimez pas la chaleur torride, il vaudra mieux privilégier une ville comme Annonay entre 300 et 650m d’altitude. Au mois d’août, la température est comprise entre 15°C le matin et 26° au meilleur de la journée. Il fait moins chaud mais la pluie s’invite plus dans cette ville avec 81mm de pluie en août répartis sur 9 jours.

À l’heure actuelle, on ne sait pas encore s’il sera possible de voyager à l’étranger ou même de s’évader en France à plus de 100 kilomètres de son lieu de résidence. Il est plus prudent d’avoir les recommandations du gouvernement attendues à la fin du mois de mai avant de réserver. Mais rien ne vous empêche de vous renseigner sur votre future destination de vacances…

Source: tameteo.com/actualites/actualite/

Déconfinement et congés été 2020 : Ce que vous pourrez faire cet été et ce qui sera interdit

Actualités, Découverte de la France 09/05/2020

La période cristallise autant d’attentes que d’incertitudes. Pourra-t-on partir en vacances cet été ? Et si oui, quel visage auront ces congés, au temps du coronavirus ? Pour le savoir avec certitude, il faudra patienter jusqu’au mois de juin. Mais en attendant, on fait le point sur ce qu’il devrait possible ou impossible de faire cet été, et ce qui est encore incertain.

Le sujet est dans beaucoup de têtes. Sera-t-il possible de partir en vacances cet été ? Et si oui, à quoi ressembleront les congés estivaux, alors que la France s’apprête à se déconfiner et que l’épidémie de coronavirus est toujours présente ?

Ces questions prennent d’autant plus de résonance qu’après de longues semaines de confinement, l’envie de bouger est là. Celle d’ailleurs aussi. Mais l’été est encore entouré de beaucoup d’incertitudes. Emmanuel Macron, le président de la République, l’a confirmé mardi 5 mai. « Il est trop tôt pour vous le dire si l’on pourra avoir des vacances », a dit le chef de l’État depuis une école de Poissy (Yvelines). Pour en savoir plus sur le visage des congés estivaux, il faudra attendre « début juin », a-t-il précisé.

En attendant, voici donc ce que l’on peut imaginer pour les vacances d’été, avec ce que l’on sait jusqu’à présent.

Ce que l’on devrait pouvoir faire

À partir du 11 mai, date annoncée de la levée des mesures de confinement, les déplacements à moins de 100 kilomètres de son domicile seront autorisés. Le Premier ministre, Édouard Philippe, l’a annoncé le 28 avril, en présentant le plan de l’exécutif pour le déconfinement. Il sera également possible de voir des amis, ou de la famille : les rassemblements comprenant jusqu’à dix personnes sont à nouveau permis dès le 11 mai. Reste à voir comment évolueront ces mesures après le déconfinement, et d’ici aux vacances d’été.

Il est acquis que si vacances il y a, elles seront très localisées. « Le tourisme ne pourra reprendre que de façon concentrique, dans un premier temps, avec une clientèle d’ultra-proximité », a dit Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’État chargé du Tourisme, à la fin du mois d’avril.

Mais… Ces scénarios se joueraient dans l’optique où les mesures de confinement sont bien levées le lundi 11 mai. Le problème, c’est qu’avec la pandémie de Covid-19, la situation sanitaire évolue très vite, rien n’est gravé dans le marbre. « Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai », avait ainsi prévenu Édouard Philippe.

Et voilà trois jours, le 3 mai, Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, parlait de ce même horizon du 11 mai comme d’un « objectif à conquérir » . Une manière de souligner que rien n’est acquis.

Ce qui reste en suspens

Toujours en imaginant un scénario dans lequel la France se déconfine bien le 11 mai et la situation sanitaire ne se dégrade pas dans la foulée, une autre grande inconnue occupe beaucoup d’esprits : la question de l’accès aux plages et au littoral.

Édouard Philippe a été clair, impossible de s’y rendre avant le 1er juin. Au moins. Depuis, de très nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer cette décision. Et le Sénat a longuement débattu de la possibilité de rouvrir l’accès aux plages, mardi lors de l’examen du projet de loi prolongeant l’état d’urgence sanitaire.

Autre question, celle des départs en Europe. Cet été, « on restera entre Européens, peut-être en fonction de l’évolution de l’épidémie, il faudra même réduire un peu plus, mais c’est trop tôt pour le dire », a encore déclaré Emmanuel Macron mardi. Comprendre qu’il sera, peut-être, possible de partir dans d’autres pays de l’espace Schengen. Peut-être.

Mais cette perspective dépendra, aussi, des mesures prises par d’autres pays européens, et de leur décision de rouvrir leurs frontières ou pas. Exemple en Espagne, l’une des principales destinations touristiques au monde : « La question des frontières sera réglée en fonction de l’évolution de la crise sanitaire. Je n’ai donc pas de date », a dit Reyes Maroto, la ministre du Tourisme, le 12 avril.

Il y a aussi la question des cafés et des restaurants. Concernant la réouverture de ces établissements, une décision sera annoncée à la fin du mois de mai, avait dit Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, à la fin avril.

Ce que l’on ne pourra pas faire

Un élément se comprend en creux, à la lecture des différentes déclarations de l’exécutif et des membres du gouvernement sur le sujet des vacances : il ne devrait pas être possible de partir en vacances en dehors d’Europe cet été (s’il est déjà possible de partir dans d’autres pays de l’espace Schengen).

« On va limiter les grands déplacements internationaux, même pendant les vacances d’été », a expliqué Emmanuel Macron mardi. Et les déclarations de Jean-Baptiste Lemoyne sur le tourisme « d’ultra-proximité » se conjuguent mal avec la perspective de départs à l’étranger. « Il est sûr que le déplacement à plusieurs milliers de kilomètres, il est exclu », a-t-il d’ailleurs dit, mercredi au micro de France Info.

Autre certitude : cet été, il ne sera pas possible d’assister à un festival. Conséquence de l’impossibilité d’organiser « tous les événements qui regroupent plus de 5 000 participants » avant le mois de septembre, comme l’a dit Édouard Philippe en présentant le plan de déconfinement.

Source: ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/confinement/

Tourisme en France : les députés PS proposent la création d’un “Airbnb” à la française

Actualités 07/05/2020

Alors que les secteurs du tourisme est particulièrement impacté par la crise du coronavirus , les députés PS ont présenté jeudi 7 mai 34 propositions l’aider à “rebondir vite et loin”. “Le secteur du tourisme, c’est 8% du PIB, deux millions d’emplois directs et indirects” , un secteur “rudement frappé par les conséquences économiques du coronavirus” puisqu’il a été “le premier à être confiné et qu’il sera manifestement l’un des derniers à être déconfiné”, a rappelé le porte-parole Boris Vallaud, lors d’une visioconférence de presse.

“Il n’y aura pas de rebond forcément pour ce secteur puisque le chiffre d’affaires perdu ne va pas être compensé par un doublement de la fréquentation des hôtels, des restaurants, etc”, a-t-il ajouté.

L’élu des Landes a dit craindre que beaucoup “ne rouvrent pas leurs portes, et après le chômage partiel sombrent dans le vrai chômage et dans la faillite”, soulignant notamment qu’un “certain nombre de professionnels du secteur disent qu’entre 25 et 40% de restaurants ne rouvriront pas”.

“Boîte à outils”

Articulé en trois volets – “l’urgence”, “la relance”, “anticiper le tourisme d’après”, leur plan se veut une “boîte à outils”, selon Hervé Saulignac (Ardèche).

Les élus PS proposent notamment “une annulation de l’impôt sur les sociétés, de la taxe sur les salaires et des cotisations sociales (hors cotisations salariales) sur la période allant du 15 mars au 31 décembre 2020” pour les cafés, restaurants ou hébergements touristiques, estimant que “les reports annoncés par le gouvernement” sont insuffisants. 

Ils suggèrent aussi dans les mesures d’urgence une “annulation des taxes, redevances et impôts locaux” pour 2020 , de “prolonger les mesures en faveur de l’activité partielle des salariés jusqu’au 15 mars 2021”, ou encore d’élargir l’accès au fonds de solidarité.

Pour accompagner la relance, ils plaident notamment pour un accès aux chèques-vacances pour les indépendants, artisans et retraités, via leurs caisses de retraite, ou pour une opération “viens chez nous on lève la barrière”, permettant aux professionnels du tourisme volontaires de rembourser des frais de péage.

Au titre du “tourisme d’après”, ils suggèrent notamment de “favoriser la création d’un ‘Airbnb France'”. “On peut reprendre la main et ne pas être placé dans la dépendance de gens qui se soucient peu de loyauté, peu de droits sociaux”, a fait valoir Boris Vallaud.

Source: Boursorama

Échappée belle en Bretagne

Découverte de la France 01/05/2020

Située à l’extrême Ouest de la France, la Bretagne est la dernière étendue de terre avant l’Atlantique et pas des moindres. En Bretagne vous trouverez des stations balnéaires iconiques comme Dinard, des monuments historiques comme le Mont Saint-Michel, des routes propices aux balades à vélo ainsi que de longues étendues de sable fin où vous pourrez poser votre serviette et vous détendre. Entre nature, visites culturelles et plaisirs gustatifs, la Bretagne saura vous satisfaire.

Partez à l’aventure ! 
 À bicyclette ! S’il y a bien une région qui se découvre facilement à vélo, c’est la Bretagne. Le littoral breton, le Vélodyssée ou encore les anciennes voies de chemin de fer reconverties en voies vertes… Il n’y a que l’embarras du choix. À vos pédales.. Prêts… Partez ! 
 Cap sur la Cité Corsaire ! Les Remparts, la Tour Solidor, le Fort de La Conchée… Saint-Malo regorge d’histoires & d’Histoire ! Une balade sur la plage pour admirer le Petit Bé, déguster des huîtres accompagnées d’un verre de vin, que vous soyez “Route du Rock” ou Route du Rhum, cette ville est une étape incontournable dans votre escapade bretonne ! 
 Détendez-vous… Fermez les yeux… Entendez-vous le bruit des vagues se brisant sur les roches bretonnes ? C’est à l’écoute de cette douce mélodie que votre thalasso commence en terres bretonnes, l’annonce d’une expérience sensorielle extraordinaire ! 
 Beg ar Raz Comme des airs de bout du monde… Vous voilà à la Pointe du Raz, site naturel à la pointe du Finistère offrant un panorama exceptionnel. Les falaises escarpées témoignent de la force des éléments et en face vous pourrez admirer le Raz de Sein ainsi que le phare le plus éloigné des côtes françaises : le phare de Ar Men. Dépaysement assuré. 
 À vos swings ! Révisez votre trajectoire & travaillez votre swing sur les plus beaux greens de Bretagne. Golf de la Baie de Saint-Simon, de Saint-Malo, de l’Odet, plus de 30 golfs sont dans la région ! Entre la vue et la balle, vous ne saurez plus où donner de la tête. 
 
Escapades culinaires 
 À table ! Aaah.. La Bretagne… Cette douce odeur de bord de mer, ses longues plages, mais surtout.. ses plateaux de fruits de mer. Tourteau, langoustines, huîtres, bigorneaux, palourdes… Cet assortiment de crustacés cuits et de coquillages crus s’agrémente volontiers d’une bonne sauce mayonnaise maison, de pain de seigle et de beurre demi-sel. 
 Plutôt sucre ou sarrasin ? Où que vous posiez vos valises en Bretagne, il y aura un passage obligé par la case culinaire. Peut-être vous laisserez vous tenter par une galette salée à la farine de blé noir ou peut-être succomberez-vous à l’appel de la crêpe sucrée. Quoiqu’il en soit, ces recettes bretonnes raviront petits et grands. 
 Aimez-vous le beurre ? Du beurre, encore un peu de beurre, du sucre, de la farine et encore une noisette de beurre… Voici la recette DU gâteau traditionnel et typique breton : le kouign amann. Bien que calorique, ce gâteau fait partie du patrimoine breton et il serait dommage de ne pas y goûter pendant votre escapade en Bretagne. Petit conseil, mangez léger avant d’en prendre une bouchée…

Vacances 2020 à l’hôtel après le confinement ?

Actualités 01/05/2020

Séjour à l’hôtel : garantir la sécurité des clients est une priorité !

Les départs en vacances ne deviennent plus qu’un immense point d’interrogation pour les citoyens et les professionnels de l’hôtellerie. De nombreux citoyens réfléchissent à ce qu’ils pourront faire cet été, et ce qu’ils ne pourront pas faire. Même si aucune réponse n’a été donnée par Edouard Philippe, ce 28 avril, face à l’assemblée, ce dernier a exprimé son souhait de voir le mois de juillet comme une période estivale. Sans date de réouverture, les hôtels tentent déjà de s’organiser pour assurer la sécurité de leurs clients, et de leurs collaborateurs.

Entre deux réservations, beaucoup d’hôtels pourraient laisser un lapse de temps afin de permettre « la désinfection de toutes les surfaces, télécommande et poignées de portes, se ferait après le départ du client » explique Laurent Duc, président des métiers et des industries de l’hôtellerie à BFMTV.

Gel hydroalcoolique, oreillers jetables, room service … Les hôtels en plein réflexion !

On le sait, le covid-19 peut survivre plusieurs heures, voire plusieurs jours sur différentes surfaces. Et si le tissu permettrait au covid-19 de survivre quelques heures, il est important pour les hôtels de trouver une solution afin de protéger les clients. Lors de son interview sur BFMTV, Laurent Duc n’exclut pas l’apparition « d’oreillers jetables » pour les clients qui le souhaitent. De même, le room service pourrait être de rigueur afin de ne pas rassembler plusieurs personnes dans une même pièce. Des plateaux « filmés » et un retour « à des emballages individuels » , précise Laurent Duc. Le gel hydroalcoolique pourrait également faire son apparition dans les salles de bain des chambres d’hôtels.

Source: letribunaldunet.fr

les Français devront partir en vacances près de chez eux l’été prochain

Découverte de la France 29/04/2020

Une saison estivale “pas comme les autres”. C’est ainsi que Jean-Baptiste Lemoyne a qualifié l’activité touristique qui va redémarrer dans les prochaines semaines. En raison de l’épidémie de Covid-19, les Français devront prendre, dans un premier temps, des vacances près de leur domicile, privilégiant les sites naturels des départements “verts” où le virus circule peu. 

Interrogé sur le sujet à l’Assemblée nationale, mercredi 28 avril, le secrétaire d’Etat au tourisme a rappelé que “le tourisme ne pourra reprendre que de façon concentrique, dans un premier temps, avec une clientèle d’ultra-proximité et on le voit, avec un certain nombre de sites qui vont pouvoir rouvrir”.

Parmi eux figurent “les petits musées, certains sites naturels, parcs et jardins dans les départements qui seront ‘verts’, où le virus ne circule pas de façon active”. Pour que les Français puissent “souffler” après des semaines de confinement, le gouvernement travaille à “des mesures permettant de renforcer les chèques-vacances, de faciliter le déplacement de tous”, a indiqué le secrétaire d’Etat.

Source: francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/

Page 1 de 81 2 3 8
  • Pourra-t-on partir en vacances cet été ?

    par sur 16/04/2020 - 0 Commentaires

    En temps normal, les réservations pour les vacances d’été sont bouclées depuis longtemps. Mais crise du coronavirus oblige, il va falloir tirer un trait sur les destinations lointaines. Malgré l’allègement des mesures de confinement à partir du 11 mai, il est “trop tôt pour planifier ses voyages” indique mercredi le syndicat des entreprises du tour operating […]

  • été 2020 à quoi vont-elles ressembler?

    par sur 22/04/2020 - 0 Commentaires

    VACANCES – Pandémie de coronavirus oblige, les vacances d’été 2020 ne ressembleront à aucunes autres. Dimanche 19 avril, Édouard Philippe a préparé les Français en disant craindre que des voyages à l’étranger ne soient pas possibles dans l’immédiat. “Est-ce que l’on peut réserver une maison, une location, une place de camping ou un hôtel au mois de […]

  • Découverte de la France du bout du monde

    par sur 26/04/2020 - 0 Commentaires

    Alors que le déconfinement approche, nombreux sont ceux qui commencent à penser aux vacances d’été. Et avec la pandémie qui continue de sévir et les frontières qui demeureront certainement fermées, il y a de fortes chances que nos destinations estivales soient franco-françaises. Mais qu’importe car l’hexagone regorge de coins spectaculairement dépaysants, qui n’ont rien (ou […]

  • Vacances d'été - Réserver sans engager de frais

    par sur 24/04/2020 - 0 Commentaires

    La situation du groupe Odalys pendant le confinement L’ensemble des 250 résidences touristiques d’Odalys, situées principalement sur les littoraux français (Atlantique et Méditerranée) et en montagne (Alpes et Pyrénées), est fermé depuis la mi-mars jusqu’au 19 mai au moins. Les clients ayant réservé un séjour d’ici à cette date peuvent l’annuler sans frais et obtenir un avoir […]

  • Partir en vacances cet été mais ou ?

    par sur 19/04/2020 - 0 Commentaires

    Une saison estivale incertaine Après plusieurs semaines de confinement, de nombreux Français réfléchissent à leurs vacances d’été malgré la pandémie de coronavirus. Et espèrent pouvoir voyager plus ou moins loin, dans leur région, en France ou ailleurs. Le secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, conseille toujours d’«attendre» avant de réserver. Le 7 avril sur Franceinfo, il a appelé les […]